Ecoutez Radio Sputnik
    Le bâtiment du ministère des Affaires étrangères à Moscou

    Moscou: les frappes contre la Syrie sont une nouvelle tentative pour écarter Assad

    © Sputnik . Vladimir Sergeev
    International
    URL courte
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (101)
    8523

    En frappant la Syrie, Washington, Paris et Londres cherchaient à raviver l’esprit du printemps arabe en vue d’écarter du pouvoir Bachar al-Assad, a estimé la diplomatie russe.

    Moscou considère la série de frappes menée par Washington et ses alliés en Syrie comme une tentative de renversement de Bachar al-Assad et d'appel à un soulèvement similaire à celui du Printemps arabe, a déclaré la diplomatie russe par la voix de sa porte-parole Maria Zakharova.

    «L'objectif? Impossible de l'expliquer du point de vue de la logique et de l'efficacité. On ne peut l'expliquer que par le retour à la conception "Assad doit partir" et à l'idée du "Printemps arabe" qu'ils cherchaient à organiser il y a encore quelques années», a-t-elle déclaré.

    Selon la diplomate, l'attaque visait à «raviver» cette idée et «le faire par la force».

    Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué dans la nuit du 13 au 14 avril des sites d'infrastructures militaires de la Syrie. Cette coalition tripartite a tiré plus de 100 missiles de croisière, dont la plupart ont été abattus à l'approche de leurs objectifs. L'année dernière, l'aérodrome militaire syrien de Shayrat avait déjà été attaqué par 59 missiles.

    Pour justifier leurs actions, Washington et ses alliés ont affirmé que ces frappes étaient une riposte à l'attaque chimique présumée dans la ville de Douma.

    Les autorités syriennes ont toujours démenti cette attaque alors que le ministère russe de la Défense a déclaré qu'il s'agissait d'une mise en scène.

    Dossier:
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (101)

    Lire aussi:

    Les frappes contre Damas, une «mise à l’épreuve des capacités de la DCA syrienne»
    Washington désigne la condition nécessaire à la relance du dialogue avec la Syrie
    La base militaire syrienne de Mezzeh après les frappes de la coalition (vidéo)
    Tags:
    frappes, Maria Zakharova, Washington, Londres, Syrie, Paris, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik