Ecoutez Radio Sputnik
    Région de Sinjar

    «Washington, Paris et Londres font la courte échelle aux terroristes en Syrie»

    © AP Photo / Seivan Selim
    International
    URL courte
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (101)
    10527

    Les frappes contre la Syrie contredisent les engagements pris par Washington, Paris et Londres dans le cadre de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et sapent les efforts diplomatiques déployés afin de régler la crise syrienne, estime Alexandre Loukachevitch, représentant permanent de la Russie auprès de l’OSCE.

    En frappant la Syrie, les États-Unis et leurs alliés ont aidé les terroristes et mis à mal les tentatives de la communauté internationale pour régler le conflit par la voie pacifique, a déclaré Alexandre Loukachevitch, représentant permanent de la Russie auprès de l'OSCE.

    «Les actions de Washington, Paris et Londres font la courte échelle aux terroristes en Syrie, qui sont sous leur contrôle direct. Cela contredit ouvertement les engagements pris par ces pays à l'OSCE. Les démarches de ce type sont inacceptables et illégitimes», a-t-il indiqué dans un communiqué dont Sputnik a obtenu une copie.

    Selon lui, «l'attaque armée et non motivée» a torpillé les efforts déployés autour de la table des négociations pour régler la crise.

    «En s'attribuant le droit de mener les enquêtes, de prononcer les verdicts et de rendre la justice, ils n'ont agi sans attendre les résultats de l'enquête de l'OIAC, mais ont cherché par leur actions à l'empêcher», a poursuivi l'homme politique.

    Et d'ajouter: «L'escalade en cours autour de la Syrie a des effets destructeurs sur l'ensemble du système des relations internationales».

    Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué dans la nuit du 13 au 14 avril des sites d'infrastructures militaires de la Syrie. Cette coalition tripartite a tiré plus de 100 missiles de croisière, dont la plupart ont été abattus à l'approche de leurs objectifs. L'année dernière, l'aérodrome militaire syrien de Shayrat avait déjà été attaqué par 59 missiles.

    Pour justifier leurs actions, Washington et ses alliés ont affirmé que ces frappes étaient une riposte à l'attaque chimique présumée dans la ville de Douma.
    Les autorités syriennes ont toujours démenti cette attaque alors que le ministère russe de la Défense a déclaré qu'il s'agissait d'une mise en scène.

    Dossier:
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (101)

    Lire aussi:

    Les frappes contre Damas, une «mise à l’épreuve des capacités de la DCA syrienne»
    Washington désigne la condition nécessaire à la relance du dialogue avec la Syrie
    La base militaire syrienne de Mezzeh après les frappes de la coalition (vidéo)
    Tags:
    OSCE, Alexandre Loukachevitch, Royaume-Uni, Syrie, France, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik