Ecoutez Radio Sputnik
    Damas (archives)

    Députée syrienne: la reprise du pilonnage de Damas liée à l’agression occidentale

    © AP Photo / Hassan Ammar, File
    International
    URL courte
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)
    20592

    Intervenant ce samedi devant des journalistes russes, une députée syrienne a souligné l’existence d’un lien étroit entre les frappes occidentales sur la Syrie et la reprise de l’activité des terroristes à Damas. Elle considère qu’en frappant son pays, l’Occident s’était fixé pour objectif de soutenir les radicaux sévissant en Syrie.

    La reprise du pilonnage de la capitale syrienne par des radicaux est étroitement liée aux frappes de missiles menées par les États-Unis, la France et le Royaume-Unis sur la Syrie, considère la députée syrienne Maha Chbib.

    «Sans aucun doute, il existe un lien entre l’agression occidentale contre Damas et la reprise de l’activité terroriste dans le sud de la capitale. Car un des objectifs de l’agression était de fournir aux radicaux la possibilité de profiter du moment de désarroi auquel ils [les Occidentaux, ndlr] s’attendaient», a-t-elle déclaré aux journalistes russes.

    Or, rien de tel ne s’est produit, rappelle-t-elle.

    «L’armée syrienne a été et est restée en état d’alerte ininterrompu, capable de couper court à toute tentative des terroristes pour reprendre leurs activités. Malgré tout ce qui s’est passé, cette agression ne fera que précipiter notre victoire définitive sur les groupes terroristes», a conclu Mme Chbib.

    Plus tôt dans la journée de samedi, le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a déclaré que le pilonnage au mortier de la capitale syrienne et de ses environs a repris.

    Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué dans la nuit du 13 au 14 avril des sites d'infrastructures militaires de la Syrie. Cette coalition tripartite a tiré 103 missiles (l'année dernière, l'aérodrome militaire syrien de Shayrat avait déjà été attaqué par 59 missiles) dont 71 ont été abattus à l'approche de leurs objectifs, d'après le ministère russe de la Défense.

    Moscou a violemment fustigé les frappes, affirmant que par leurs actions, les États-Unis laissaient faire les terroristes en Syrie. La Russie a également annoncé samedi convoquer une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'Onu.

    Dossier:
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)

    Lire aussi:

    Pourquoi les terroristes ont-ils intensifié leur activité au sud de Damas?
    Le pilonnage de Damas reprend, selon la Défense russe
    Moscou: les frappes sur la Syrie sont un coup porté au système du droit international
    Tags:
    radicaux, frappe de missile, soutien, députés, terrorisme, Occident, Damas, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik