Ecoutez Radio Sputnik
    le ministère russe des Affaires étrangères

    Moscou: la frappe portée par Washington en Syrie contrevient à la législation américaine

    © Sputnik . Alexey Kudenko
    International
    URL courte
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (111)
    39671

    Le directeur du département pour la non-prolifération au sein du ministère russe des Affaires étrangères a violemment fustigé les frappes portées samedi par Washington et ses alliés contre la Syrie.

    Moscou a dénoncé les frappes portées contre la Syrie, pointant du doigt le «prétexte mensonger» utilisé comme motif et l'absence de feu vert du Conseil de sécurité.

    «L'une des principales puissances nucléaires a porté une frappe massive contre un autre État sans l'aval du Conseil de sécurité de l'Onu, en violation de sa propre législation, en utilisant un prétexte mensonger», a déclaré le directeur du département pour la non-prolifération du ministère russe des Affaires étrangères, Vladimir Ermakov.

    Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué dans la nuit du 13 au 14 avril des sites d'infrastructures militaires de la Syrie. Cette coalition tripartite a tiré 103 missiles, dont 71 ont été abattus à l'approche de leurs objectifs. L'année dernière, l'aérodrome militaire syrien de Shayrat avait déjà été attaqué par 59 missiles.

    Pour justifier leurs actions, Washington et ses alliés ont affirmé que ces frappes étaient une riposte à l'attaque chimique présumée dans la ville de Douma.

    Les autorités syriennes ont toujours démenti cette attaque alors que le ministère russe de la Défense a déclaré qu'il s'agissait d'une mise en scène.

    Dossier:
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (111)

    Lire aussi:

    Les frappes contre Damas, une «mise à l’épreuve des capacités de la DCA syrienne»
    La Russie a-t-elle été prévenue des frappes occidentales?
    La DCA syrienne intercepte 71 missiles sur les 103 lancés
    Tags:
    frappes, loi, Vladimir Ermakov, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik