International
URL courte
Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (114)
13330
S'abonner

L’implication de Londres aux côtés de Washington et Paris dans les frappes en Syrie fait débat dans le pays, la plupart des Britanniques fustigeant Theresa May pour avoir agi sans le feu vert du parlement.

Près de 54% des Britanniques désapprouvent la décision de Theresa May de participer aux frappes contre la Syrie sans avoir consulté le parlement, révèle un sondage réalisé par la société Survation pour le compte de The Daily Mail rendu public dimanche.

Quelque 30% des sondés voient d'un bon œil la démarche de la Première ministre et estiment qu'elle ne devait pas soumettre la question au vote du parlement. 17% se sont dits incapables d'exprimer leur opinion à ce sujet.

Interrogés sur la question de savoir si «vous soutenez ou vous opposez personnellement aux frappes britanniques contre la Syrie», 40% des sondés se sont dits contre alors que 36% ont exprimé leur soutien. Dans le même temps, 45% des Britanniques se sont opposés à la possibilité de futures attaques de leur pays contre Damas.

61% des sondés ont par ailleurs affirmé qu'à l'avenir, Londres devrait participer aux opérations en Syrie uniquement après avoir obtenu le feu vert du parlement.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué dans la nuit du 13 au 14 avril des sites d'infrastructures militaires de la Syrie. Cette coalition tripartite a tiré 103 missiles, dont 71 ont été abattus à l'approche de leurs objectifs. L'année dernière, l'aérodrome militaire syrien de Shayrat avait déjà été attaqué par 59 missiles.

Pour justifier leurs actions, Washington et ses alliés ont affirmé que ces frappes étaient une riposte à l'attaque chimique présumée dans la ville de Douma.
Les autorités syriennes ont toujours démenti cette attaque alors que le ministère russe de la Défense a déclaré qu'il s'agissait d'une mise en scène.

Dossier:
Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (114)

Lire aussi:

L’évolution des revenus de Jean Castex évaluée par Franceinfo
Ce pays européen a été désigné par la Chine comme possible point d’origine du coronavirus
L’Iran crée un réseau de silos à missiles au bord du golfe Persique
La LDNA, mouvement pour la défense des Africains, espère la dissolution de l’Église catholique
Tags:
frappes, sondage, Theresa May, Royaume-Uni, Londres, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook