Ecoutez Radio Sputnik
    Aplicaciones de Whatsapp, Facebook Messenger, Telegram

    Blocage de Telegram: entre «lutte contre le crime organisé» et sécurité des données

    CC BY 2.0 / Microsiervos / Apps de mensajería para iOS: Whatsapp, Facebook Messenger, Telegram, Messages
    International
    URL courte
    0 81

    Confidentialité des messages privés ou correspondance ouverte à des services étatiques à des fins antiterroristes? Dans une interview accordée à Sputnik, Yannick Harrel, auteur de plusieurs ouvrages sur les problématiques du cyberespace, dévoile quelles applications, outre Telegram, pourraient être touchées par la sécurité des données personnelles.

    Yannick Harrel, expert et professeur en cyberstratégie, auteur de plusieurs ouvrages sur les problématiques du cyberespace, rapelle que la demande d'interdiction de Telegram avait «déjà été formulée par plusieurs États: le ministère de l'intérieur d'Allemagne, de la France, de la Chine, du Bahreïn, de l'Indonésie et, dernièrement, de l'Iran.»

    «Tout le monde est préoccupé par la même problématique: comment concilier l'exigence du caractère privé de la correspondance avec la lutte contre le crime organisé».

    D'après Yannick Harrel, bien qu'il y ait des députés des pays de l'UE qui utilisent Telegram Messenger, et le fait que ce canal ait été utilisé pour protéger les communications lors de la dernière campagne présidentielle française, Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État chargé du Numérique, a proposé récemment une solution de substitution qui serait une messagerie chiffrée pour les services internes de l'État:

    «L'idée première est d'avoir une messagerie qui permette une sécurité suffisante dans les ministères, puisqu'il y circulent des informations ultra-confidentielles.»

    Pourtant, poursuit Yannick Harrel, il faudrait voir «les garanties juridiques et éthiques pour que ces données ne soient pas exfiltrées par des personnes extérieures».

    «Il ne faut pas être naïf: même si Telegram disparaît, il y aura d'autres applications qui arriveront à maturité pour le remplacer. C'est une lutte incessante, parce que c'est « une grappe d'innovations » qu'elles soient russes, américaines ou autres. Les 200 millions d'utilisateurs actuels de la messagerie ont des besoins qui seront récupérés par les concurrents.»

    Yannick Harrel, par ailleurs expert mandaté auprès de l'Union internationale des télécommunications (UIT) explique que malgré l'interdiction de Telegram, il sera possible de l'éviter «en passant par des canaux dérivés».

    Par ailleurs, M.Harrel estime qu'avec l'entrée en vigueur de la loi de protection des données personnelles à partir du 25 mai prochain, d'importants changements toucheront également Facebook:

    Cela «va porter un nouveau coup dur à Facebook avec ses deux milliards d'utilisateurs par mois, il devra être beaucoup plus transparent. Ça va être une petite révolution.»

    Cependant, conclut M.Harrel, la vague qu'on appelle «delete FB» peut se reporter vers les services de Telegram ou de ceux qui lui succèderont:

    «Les gens qui les utilisent se rendent compte que les données qui y transitent peuvent être monnayées dans le cadre d'une activité lucrative. Tout ce qui est dit dans les messages privés peut être utilisé à des fins commerciales ou par des services étatiques.»

    Le 20 mars, Roskomnadzor a envoyé une notification à Telegram pour informer ce dernier qu'il violait la loi sur l'information du fait de son refus de présenter au FSB les données nécessaires pour déchiffrer la correspondance des suspects de l'attentat commis en avril 2017 à Saint-Pétersbourg. La Cour suprême de Russie a reconnu la légitimité des demandes du FSB.

    Lire aussi:

    L’affaire Cambridge Analytica, l’arbre qui cache la forêt?
    Google Vs Sputnik: «Un algorithme n'est jamais neutre fondamentalement»
    La justice russe a ordonné de bloquer la messagerie Telegram en Russie
    Tags:
    messagerie, Telegram, Mounir Mahjoubi, France, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik