International
URL courte
582105
S'abonner

La représentante permanente américaine auprès de l’Onu, Nikki Haley, a listé dimanche les conditions du départ des États-Unis du sol syrien.

S'exprimant lors du programme Fox News Sunday, Nikki Haley, représentante permanente américaine auprès de l'Onu, a déclaré que les États-Unis ne quitteraient pas le sol syrien avant que tous leurs objectifs ne soient accomplis. Parmi ces objectifs, Mme Haley a nommé celui d'assurer la non-utilisation des armes chimiques de manière à ce que cela ne pose pas de risque pour les intérêts des États-Unis, la défaite de Daech*, ainsi que la surveillance des actions de l'Iran.

«Nous ne partirons pas avant de savoir que nous avons accompli ces choses», a souligné Nikki Haley.

Auparavant, Washington avait déclaré qu'il n'avait pour objectif que la lutte contre Daech*.

Cette déclaration est intervenue le lendemain des frappes effectuées par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France dans la nuit du 13 au 14 avril contre la Syrie. Sur 103 missiles tirés sur la Syrie, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, informe le ministre russe de la Défense. Le bombardement a été mené sous couvert d'une opération visant à éliminer de prétendues armes chimiques de cet État suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.
Une mission de l'OIAC est arrivée le 14 avril à Damas pour enquêter sur l'attaque chimique prétendue à Douma, c'est-à-dire après le bombardement des pays occidentaux.

*Organisation terroriste interdite en Russie

 

Lire aussi:

Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Tags:
États-Unis, Nikki Haley, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook