International
URL courte
5151
S'abonner

Le Royaume-Uni, dont les services de renseignement s’apprêtent à riposter en cas d’éventuelle cyberattaque de la part de Moscou, inventent des histoires d’horreur sur la Russie, dont ils ont eux-mêmes peur, a affirmé à Sputnik un membre du Comité sur les relations internationales au sein de la Douma (chambre basse du parlement russe).

Les services de renseignement de sa Majesté se disent prêts à commettre une cyberattaque contre les réseaux informatiques de la Russie en guise de riposte à d'éventuelles cyberattaques de Moscou, relate le journal The Sunday Times, se référant à des sources au sein des services de sécurité.

«La peur nourrit l'imagination. Ils (les services de renseignement britanniques, ndlr) inventent sans cesse des histoires d'horreurs et ils en ont eux-mêmes peur», a indiqué à Sputnik Anton Morosov, député du Comité sur les relations internationales de la Douma.

Le député a en outre tenu à souligner que la Russie «ne menace personne avec une cyberattaque».

«Les Américains ont des cybertroupes et il n'est pas exclu qu'elles passent à l'attaque. Il ne faut pas nous craindre puisque la Russie est un pays très pacifique et amical», a-t-il conclu.

Plus tôt, le journal The Times, citant un haut fonctionnaire dans le gouvernement britannique, avait annoncé que Londres pourrait envisager la possibilité de mener une cyberattaque secrète contre la Russie pour riposter à l'empoisonnement des Skripal.

En outre, lors des sessions à la Chambre des communes les 12 et 14 mars, certains parlementaires ont demandé au gouvernement d'utiliser son «cyberpotentiel» contre la Russie.

Lire aussi:

Cas de Covid-19 importés d’Algérie: «on donne le bâton pour se faire battre»
Macron a déjà contredit Castex sur le remaniement, moins de 48 heures après sa nomination
Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
L'Ukraine brandit la menace d’une «guerre» contre la Russie
Tags:
cyber-armée, cyberattaque, Royaume-Uni, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook