Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    Lavrov: les relations Russie-Occident «sont pires qu'à l'époque de la guerre froide»

    © Sputnik . Ilia Pitalev
    International
    URL courte
    9281

    Les relations entre la Russie et l'Occident sont au plus bas, étant pires qu'à l'époque de la guerre froide, selon le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

    Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que les relations entre la Russie et l'Occident sont pires qu'à l'époque de la guerre froide.

    «J'estime que les relations sont pires qu'à l'époque de la guerre froide. Puisqu'à l'époque il y avait des canaux de communication. Et il n'y avait pas cette obsession russophobe, qui ressemble à un génocide à travers les sanctions», a indiqué le chef de la diplomatie russe dans une interview accordée à la BBC.

    Concernant l'usage d'armes chimiques en Syrie, le ministre a fait remarquer que toutes les preuves fournies par la France, le Royaume-Uni et les USA étaient basées sur les informations des médias et des réseaux sociaux.

    «Il n'y a pas de preuves que le 7 avril une arme chimique ait été utilisée à Douma», a souligné le chef de la diplomatie russe.

    Auparavant, l'Occident a accusé Damas d'avoir perpétré une attaque à l'arme chimique dans la ville de Douma.

    La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    Lire aussi:

    Le site de Douma maquillé par les Russes? Moscou se prononce
    Moscou: des services étrangers impliqués dans la mise en scène de l’attaque à Douma
    La présumée attaque chimique en Syrie n’est pas «le motif à une opération de force»
    Tags:
    relations, guerre froide, Sergueï Lavrov, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik