International
URL courte
Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (114)
4027412
S'abonner

Un ou deux sous-marins russes auraient empêché un sous-marin britannique de participer à l’attaque de samedi contre la Syrie réalisée par Washington, Londres et Paris, selon The Times.

Un sous-marin britannique n'a pas pu participer à l'opération militaire contre la Syrie car il a dû manœuvrer face à des sous-marins russes, écrit le quotidien The Times, citant des sources au sein de l'armée.

Un sous-marin de la classe Astute de la Royal Navy armé de missiles de croisière aurait été chassé par au moins un, peut-être deux, sous-marins russes surnommés «le trou noir» par des experts navals occidentaux du fait de leur capacité à rester silencieux en mouvement.

Deux frégates russes et un avion anti-sous-marin auraient également poursuivi le navire britannique, qui par conséquent n'a pas réussi à s'approcher à une distance suffisante pour réaliser des frappes contre la Syrie. Le sous-marin avait essayé depuis plusieurs jours de ne pas se faire repérer, selon le journal.

Il s'agit de sous-marins de la classe Klio (code Otan), partis du port syrien de Tartous. Leurs deux générateurs diesel et leur transmission électrique permettent à ces «trous noirs» d'atteindre une très grande vitesse. Ils sont équipés de torpilles et de missiles de croisière et anti-sous-marins.

Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont réalisé samedi des frappes de missiles contre des sites gouvernementaux syriens qui seraient prétendument utilisés pour la production d'armes chimiques. La coalition a tiré plus de 100 missiles dont la plupart ont été interceptés par la défense aérienne syrienne. Les forces russes n'ont pas été engagées mais suivaient tous les tirs.

Dossier:
Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (114)

Lire aussi:

Miss France 2020 sauvée par les pompiers lors d’un incendie dans son immeuble à Paris
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Tags:
sous-marins, défense, Royal Navy (Royaume-Uni), Syrie, Russie, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook