Ecoutez Radio Sputnik
    Benjamin Netanyahu

    Le terrorisme serait «sous protection iranienne» selon Netanyahu

    © REUTERS / Amir Cohen
    International
    URL courte
    24229

    Le Premier ministre israélien a déclaré que le fanatisme «ne prend pas en compte» les normes telles que l'immunité garantie aux diplomates, citant la capture de diplomates américains en Iran en 1979.

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé Téhéran de parrainer le terrorisme, lors d'une cérémonie annuelle de commémoration de diplomates morts, relate le Jerusalem Post.

    «Le terrorisme traverse les frontières», a déclaré M.Netanyahu. Et aujourd'hui, comme c'était le cas à l'époque [en 1979], il est sous protection de l'Iran et parrainé par l'Etat islamique * [Daech]. Il n'y a pas de continent ou de pays à l'abri du terrorisme.»

    Le fanatisme «ne prend pas en compte» les normes comme l'immunité garantie aux diplomates, citant comme exemple la prise d'otages de diplomates américains en Iran en 1979.

    Israël prend au sérieux toutes les menaces afin d'assurer la sécurité de ses représentants, où qu'ils se trouvent, a-t-il assuré.

    Des étudiants islamistes radicaux se qualifiant de «disciples de Khomeiny (chef religieux, leader de la Révolution islamique)», déclarant que la mission diplomatique américaine serait un «nœud d'espionnage et de complots contre l'Iran» ont pris d'assaut, le 4 novembre 1979, le siège de l'ambassade des États-Unis, ont désarmé les gardes et ont pris en otage entre 66 et 90 personnes. L'incident a provoqué la rupture des relations diplomatiques entre les États-Unis et l'Iran qui n'ont pas été encore rétablies de nos jours.

    *Organisation terroriste interdite en Russie.

     

    Lire aussi:

    Le «nid d'espion» à Téhéran est aujourd’hui un musée
    «Revers» américain face à l’Iran devant la plus haute instance judiciaire de l’Onu
    Visages de la guerre d'Afghanistan (1979-1989)
    Tags:
    Benjamin Netanyahu, Iran, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik