International
URL courte
19681
S'abonner

Le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, a dit ne pas être étonné de la décision de Washington de reporter l'adoption de nouvelles sanctions contre la Russie, tout en estimant prématuré d'affirmer que les États-Unis avaient ainsi manifesté leur bonne volonté.

Moscou n'est pas vraiment étonné de la décision de Washington de différer l'adoption de nouvelles sanctions contre la Russie, a déclaré ce mardi Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin. Il a toutefois souligné qu'il était trop tôt pour qualifier ce geste de «bonne volonté» de la part des États-Unis.

«Il est peut-être un peu tôt pour donner une évaluation et dire, à l'issue d'une seule journée, que quelqu'un a fait preuve de quelque chose sur fond de la situation générale dans les relations bilatérales», a-t-il affirmé.

Il a également répondu à la question de savoir si c'était inattendu pour Moscou.

«Le Kremlin ne s'étonne plus de rien depuis longtemps», a noté Dmitri Peskov.

«Malheureusement, elles [les sanctions, ndlr] ne sont qu'une pratique habituelle de la politique étrangère des États-Unis, politique que nous ne pouvons accepter et que nous estimons illégitime», a-t-il poursuivi.

«De notre point de vue, seules les sanctions adoptées par le Conseil de sécurité de l'Onu sont légitimes», a-t-il encore rappelé.

Selon lui, au cours du XXe siècle, des sanctions ont été adoptées à 174 reprises dont presque 110 fois par les États-Unis.

L'ambassadrice des États-Unis à l'Onu, Nikki Haley, avait précédemment déclaré que de nouvelles sanctions étaient envisagées contre Moscou, en lien avec la situation en Syrie. Elle a fait savoir que des restrictions frapperaient les sociétés qui auraient fourni à la Syrie des technologies liées à la création d'armes chimiques. The Washington Post avait annoncé par la suite que Donald Trump avait donné un coup d'arrêt à de nouvelles restrictions.

Lire aussi:

L’Allemagne réagit aux menaces US contre le gazoduc Nord Stream 2
Trump menace de «fermer» les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
Alain Finkielkraut s’attaque à son tour à Didier Raoult
Tags:
sanctions antirusses, armes chimiques, Washington Post, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Nikki Haley, Donald Trump, Dmitri Peskov, Washington, Moscou, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook