Ecoutez Radio Sputnik
    Dans la Ghouta orientale

    Quel pays sera la prochaine cible des radicaux de la Ghouta? Sputnik aurait une réponse

    © AFP 2018 STR
    International
    URL courte
    19863

    Les membres du groupe extrémiste Jaych al-Islam ont évacué la Ghouta orientale pour se rendre dans les régions septentrionales de la Syrie, frontalières de la Turquie, où ils tentent de trouver leur place, mais se heurtent à «une attitude hostile» des militaires, a déclaré une source politique syrienne à Sputnik.

    Les radicaux du groupe Jaych al-Islam ont quitté la Ghouta orientale à destination des régions septentrionales de la Syrie, à la frontière turque, a indiqué à Sputnik une source politique syrienne ayant requis l'anonymat.

    «Les membres de cette organisation se sont retrouvés dans une situation particulièrement difficile par rapport aux autres groupes belligérants en Syrie. En effet, ils sont un instrument d'influence de l'Arabie saoudite en Syrie et ils ont beaucoup fait à un moment donné pour leurs commanditaires en tenant les positions dans la banlieue de la capitale», a indiqué l'interlocuteur de Sputnik.

    Il a rappelé qu'ils avaient été en conflit avec les groupes Faylaq al-Rahmane et le Front al-Nosra* qui sont liés à la Turquie et au Qatar.

    Les membres de Jaych al-Islam ont été transférés à Jarablus, dans le nord de la Syrie, à la frontière turque, a-t-il poursuivi. Or cette région est actuellement occupée par Ankara, par les troupes qui ont réalisé la mission Bouclier de l'Euphrate, et les militaires manifestent une attitude hostile envers les radicaux.

    Les radicaux arrivés dans le nord de la Syrie tentent de trouver leur créneau et certains acceptent de collaborer avec les militaires turcs et vont combattre les Kurdes, a expliqué l'interlocuteur.

    «Ils se cherchent des patrons pour ne pas mourir de faim et ne pas disparaître en tant que formation militaire. Toutefois, il est clair qu'ils ne pourront pas combattre comme avant parce que les forces turques et pro-turques ne leur font pas confiance», a-t-il noté.

    «Il se peut qu'ils rejoignent des formations armées, mais Jaych al-Islam cessera d'exister», a estimé l'interlocuteur de Sputnik.

    L'ambassadeur de Syrie aux Nations unies, Bachar al-Jaafari, a déclaré lors d'une réunion du Conseil de sécurité que l'Arabie saoudite transfèrerait ces hommes pour combattre au Yémen.

    Toujours d'après la source politique syrienne de Sputnik, c'est tout à fait possible, étant donné que l'Arabie saoudite est le principal sponsor de Jaych al-Islam. L'Alliance militaire islamique sous commandement saoudien a besoin de nouvelles forces au Yémen pour y changer la situation à son avantage.

    Or, il existe dans ce domaine un point délicat: «Il s'agit de concerter le transfert de radicaux au Yémen, car l'itinéraire le plus pratique passe par la Turquie. Alors ou bien Ankara donnera son aval ou bien l'Arabie saoudite tracera et concertera un autre trajet», a fait remarquer l'interlocuteur de Sputnik pour conclure.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Défense russe: l'évacuation des radicaux de Jaych al-Islam de Douma a débuté
    Un accord d'évacuation des radicaux de leur dernier bastion de la Ghouta conclu
    Les extrémistes de Jaych al-Islam demanderaient de négocier avec Damas
    Tags:
    sponsor, transfert, groupes radicaux, Bouclier de l'Euphrate (opération militaire turque), Front al-Nosra, Faylaq al-Rahmane, Jaysh al-Islam (Armée de l'islam), Conseil de sécurité de l'Onu, Sputnik, ONU, Bachar al-Jaafari, Qatar, Jarablus, Turquie, Arabie Saoudite, Yémen, Ankara, Ghouta orientale, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik