Ecoutez Radio Sputnik
    Le siège de l'OIAC à La Haye

    Moscou peut renvoyer à Londres ses trois accusations dans l’affaire Skripal

    © AP Photo / Peter Dejong
    International
    URL courte
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)
    7442

    Si Londres accuse Moscou d’avoir eu le mobile et les moyens pour empoisonner l’ex-agent double Sergueï Skripal, Moscou peut lui lancer les mêmes accusations, d’après le représentant russe à l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

    La Russie peut présenter au Royaume-Uni les trois mêmes accusations sur l’empoisonnement de l’ex-agent double Sergueï Skripal qu’elle entend à son encontre, a déclaré mercredi Alexandre Choulguine, représentant permanent de la Russie auprès de l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

    «Mobile, moyens, contexte… Écoutez, nous pouvons lancer la même triade d’accusations à nos collègues britanniques», a indiqué M.Choulguine devant les journalistes.

    Selon lui, on peut ainsi supposer que le gouvernement de Theresa May, affaibli par les problèmes du Brexit, aurait besoin que la société britannique s’unisse autour lui.

    «Peut-être que Londres souhaite obtenir la solidarité des autres États membres de l'UE afin de faciliter son retrait de l’UE? Je pense que c'est même très probable, "highly likely"», a noté le diplomate.

    L’ex-agent double Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Ioulia, 33 ans, ont été retrouvés inconscients le 4 mars dernier à Salisbury, en Angleterre. Selon le Royaume-Uni, ils ont été empoisonnés par un agent innervant qui aurait été conçu en Russie. Londres a lancé des accusations contre Moscou sans fournir aucune preuve. La Russie rejette toutes les spéculations à ce sujet et demande en vain que les autorités britanniques lui fournissent des éléments de l’enquête.

    Dossier:
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)

    Lire aussi:

    La Corée du Nord saisit un navire russe
    La Syrie dénonce une attaque israélienne contre son territoire
    Corée du Sud: la Russie réagit aux tirs de semonce présumés contre ses bombardiers
    Tags:
    accusations, OIAC, Theresa May, Alexandre Choulguine, Sergueï Skripal, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik