Ecoutez Radio Sputnik
    Margarita Simonian

    Simonian: la Russie mérite le même droit de livrer la vérité que les autres pays

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    18594

    Lors d’une interview sur une chaîne de télévision suédoise, la rédactrice en chef de Sputnik et de RT a attiré l'attention sur le fait que l'Occident refusait à la Russie le droit d'avoir des médias publics, bien que dans les pays occidentaux, les chaînes de télévision publiques soient considérées comme la norme.

    La rédactrice en chef de Sputnik et de RT Margarita Simonian a donné une interview à la chaîne suédoise SVT dans lequel elle a noté le fait que les chaînes de télévision publiques sont considérées comme la norme dans les pays occidentaux, tandis que la Russie pour une raison inconnue se voit refuser le droit d'avoir de tels médias.

    Évoquant la couverture des événements en Russie dans les médias occidentaux, le journaliste Bert Sundström a demandé l'opinion de la rédactrice en chef. Afin d'illustrer la différence entre les approches occidentale et russe, Mme Simonian a mentionné l'affaire Skripal. Elle a souligné que lors de sa couverture, SVT Agenda avait ignoré le rapport du centre de recherche qui n'avait pas confirmé l'origine russe de la substance A-234.

    «Vous avez parlé de l'empoisonnement des Skripal, vous avez parlé du point de vue britannique, de l'expulsion des diplomates. Et à propos de cette histoire que le ministre des Affaires étrangères a menti et que le Royaume-Uni a réellement trompé le monde entier avec cette histoire, vous ne le dites pas sur votre chaîne de télévision. Et nous, nous le disons. C'est la différence», a expliqué Mme Simonian.

    En réponse, M.Sundström a déclaré que les médias suédois avaient certainement écrit que le laboratoire n'était pas en mesure de déterminer exactement la provenance de l'agent neurotoxique. La rédactrice en chef a répliqué que rien de tel n'avait été publié sur le site Web de SVT Agenda.

    Le journaliste suédois a ensuite accusé Mme Simonian du fait que la chaîne RT créait une image peu fiable de ce qui se passait en Suède: «Vous dites que nous sommes dans le chaos, que la Suède est inondée de migrants qui violent tout le monde et ainsi de suite… Mon pays n'est pas du tout comme vous le montrez.» La rédactrice en chef de Sputnik et de RT a montré un certain nombre de publications sur la Suède, qui reflétaient le côté positif, et a suggéré que le journaliste lisait rarement les médias russes, raison pour laquelle il avait formé une telle opinion.

    Elle a également noté que les médias occidentaux montraient presque toujours la Russie d'une manière négative. En outre, selon Mme Simonian, les médias américains et européens ne vérifient pas l'information, mais «se saisissent toute déclaration qui exposerait Moscou sous un jour défavorable». En particulier, elle a attiré l'attention sur les déclarations d'Emmanuel Macron et de son équipe, qui avaient accusé RT de diffuser de fausses informations à son sujet pendant la campagne.

    «Le chef de sa campagne et lui-même ont dit à plusieurs reprises qu'ils étaient victimes de la propagande de RT. Ils ont cité des faux absolus comme exemples. Ils ont cité des informations que nous aurions publiées et que nous n'avons jamais publiées. C'est facile à étudier et à découvrir. Mais personne n'enquête. Tout le monde cite juste le Président français. Le Président français l'a dit, et nous devons le croire. Mais il vous a trompés», a déclaré la rédactrice.

    Lire aussi:

    La chaîne RT privée d'antenne à Washington
    Margarita Simonian dévoile le pays d’où proviennent la plupart des cyberattaques contre RT
    Sputnik et RT sèment la peur dans les rangs du renseignement US
    Tags:
    médias mainstream, couverture, interview, Margarita Simonian, Suède, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik