International
URL courte
8337
S'abonner

Selon une source miliaire, de nouvelles provocations sont possibles en Syrie visant à accuser Damas de recours aux armes chimiques, et ce pour instaurer une zone non contrôlée par le gouvernement syrien centré sur Deraa.

De nouvelles provocations avec des armes chimiques artisanales pourraient avoir lieu en Syrie pour justifier une supposée offensive contre les forces gouvernementales dans le sud du pays, qui engagerait plus de 12.000 extrémistes de différents groupes conduits par le Front al-Nosra*, a appris ce jeudi une source diplomatique et militaire citée par des médias russes.

Rien que pour une offensive contre les troupes syriennes dans deux villes dont Deraa, le Front al-Nosra et l'Armée syrienne libre (rassemblement de groupes rebelles) ont formé plus de 12.000 soldats et préparé des centaines d'unités d'armes, selon la source.

Ce sont les accusations contre les troupes gouvernementales d'avoir prétendument violé le cessez-le-feu qui serviraient de prétexte pour l'offensive.

«Pour amplifier l'effet, de nouvelles provocations avec usage de prétendues armes chimiques artisanales contre les civils pourraient être orchestrées», a fait savoir la source.

Cette offensive d'envergure de différents groupes de radicaux contre les troupes gouvernementales aurait pour objectif final la création, sous l'égide des États-Unis, d'une formation territoriale indépendante de Damas et centrée sur Deraa, à l'instar des territoires contrôlés par les Forces démocratiques syriennes au nord-est de la Syrie.

Toujours selon la source, la situation dans le sud de la Syrie s'est beaucoup aggravée ces deux derniers mois. Des colonnes contenant prétendument du fret humanitaire arriveraient dans la zone via la frontière jordanienne, mais personne ne saurait à coup sûr ce qu'il y a dedans. Le transport de ces frets soi-disant humanitaires serait contrôlé par les Américains.

Auparavant, les Casques blancs et d'autres ONG avaient accusé Damas d'avoir attaqué à une bombe au chlore, le 7avril, des civils à Douma, dans la Ghouta orientale. Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni avaient ensuite réalisé une frappe massive contre la Syrie, le 14 avril. Toutefois, ni les experts militaires russes ni les habitants locaux n'ont confirmé qu'une attaque avait effectivement eu lieu dans cette ville. Vladimir Poutine a qualifié les frappes d'acte d'agression contre un État souverain.

* Organisation terroriste interdite en Russie.

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
La science admet la possibilité «d’attraper» le cancer
Tags:
provocation, armes chimiques, Deraa, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik