International
URL courte
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)
6320
S'abonner

La Russie conseille à Londres de ne pas se précipiter pour détruire les preuves de l’empoisonnement des Skripal, a annoncé la porte-parole de la diplomatie russe qui a ajouté que Moscou était toujours prêt à une coopération constructive dans le cadre de cette affaire avec le Royaume-Uni.

Moscou recommande à Londres de ne pas aller trop vite dans la destruction des preuves de l'affaire Skripal, a indiqué jeudi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

«La partie russe est toujours prête pour une coopération constructive avec le Royaume-Uni pour clarifier cette affaire très compliquée. […] Nous sommes prêts pour l'entraide que j'ai mentionnée, en suivant l'ensemble des procédures juridiques internationales. Et nous recommandons instamment à Londres de ne pas se précipiter pour détruire les preuves», a déclaré Mme.Zakharova.

Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down ont reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a demandé à Londres à plusieurs reprises de lui permettre de participer à cette enquête.

Dossier:
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)

Lire aussi:

Il rate son arrêt de train et menace une contrôleuse avec un couteau en Savoie
Washington promet de punir ceux qui «violent» les «sanctions de l'Onu» contre l'Iran
Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Tags:
coopération, agent toxique, preuves, porte-parole, empoisonnement, ministère russe des Affaires étrangères, Theresa May, Maria Zakharova, Ioulia Skripal, Sergueï Skripal, Royaume-Uni, Londres, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook