Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    Moscou prouvera que la Syrie a abattu une partie des missiles tirés contre elle

    © Sputnik . Maxim Blinov
    International
    URL courte
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)
    351452

    L’armée russe prouvera bientôt que la Syrie a effectivement abattu une partie des missiles tirés contre le pays par les trois géants occidentaux le 14 avril 2018, a promis le ministre russe des Affaires étrangères.

    Les militaires russes présenteront bientôt des preuves du fait que la défense antimissile syrienne a intercepté une partie des missiles tirés par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni car la Russie recevait les données en temps réel, a déclaré vendredi Sergueï Lavrov dans une interview à Sputnik.

    «Notre état-major général avait une vision nette, nous avons observé tout ce qui se passait en temps réel, en direct. Les statistiques que nos militaires ont présentées, nous sommes prêts à les défendre. Si quelqu'un affirme que les 105 missiles tirés ont atteint leurs cibles, qu'il présente ses statistiques», a-t-il indiqué, promettant que les militaires russes présenteraient bientôt des preuves de la véracité de leurs déclarations.

    Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, selon le ministre russe de la Défense. Le bombardement a été mené au prétexte d'une opération visant à éliminer de prétendues armes chimiques syrienne, suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

    Dossier:
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)

    Lire aussi:

    Paris menace de frapper de nouveau la Syrie
    «Contenir l'agression»: à quoi serait prêt Moscou après les frappes contre la Syrie?
    Lavrov: la frappe occidentale contre la Syrie visait à saper la mission de l'OIAC
    Tags:
    frappe de missile, Sergueï Lavrov, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik