International
URL courte
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)
26704
S'abonner

La Russie est pleinement fondée à croire que la disparition de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa ville Ioulia au Royaume-Uni est un enlèvement, d'après l'ambassadeur russe à Londres.

La Russie a toutes les raisons de penser que la disparition de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa ville Ioulia au Royaume-Uni est un enlèvement, a déclaré vendredi Alexandre Iakovenko, ambassadeur de Russie à Londres.

«Compte tenu des faits, nous avons actuellement plus de raisons de considérer cette situation comme un enlèvement de deux citoyens russes […]. Nous ne recevons pas de réponses à nos demandes et questions légitimes sur Ioulia Skripal», a indiqué le diplomate lors d'une conférence de presse.

L'ex-agent double Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Ioulia, 33 ans, ont été retrouvés inconscients le 4 mars dernier à Salisbury, en Angleterre. Selon le Royaume-Uni, ils ont été empoisonnés par un agent innervant. Londres a lancé des accusations contre Moscou sans fournir aucune preuve.

«La Russie n'acceptera aucune conclusion tant que nos experts n'auront pas accès aux blessés, nous n'avons accès ni aux blessés ni aux éléments de l'enquête dont dispose le Royaume-Uni», a ajouté le diplomate.

Les diplomates russes n'arrivent pas à contacter les Skripal depuis début mars. Ils ignorent où se trouve Ioulia Skripal, qui a quitté l'hôpital de Salisbury début avril. Selon le journal The Sun, Ioulia Skripal aurait été transportée dans un autre hôpital situé sur une base militaire. Les représentants de l'ambassade ne peuvent pas obtenir accès à M.Skripal, qui reste hospitalisé, mais dont l'état de santé s'améliorerait à grands pas.

Jeudi, l'ambassade russe a envoyé une nouvelle note au Foreign office, demandant de permettre aux médecins russes d'examiner Ioulia Skripal. Le ministère britannique a répondu que Ioulia Skripal se trouvait dans «un lieu sûr». L'ambassade russe soupçonne qu'il s'agit d'un isolement forcé d'une citoyenne russe.

D'après le Royaume-Uni, l'agent innervant utilisé A234 aurait été fabriqué en Russie. Mais début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down ont reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait cet agent.

Moscou rejette toutes les spéculations à ce sujet et demande en vain que les autorités britanniques lui fournissent des éléments de l'enquête.

Dossier:
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)

Lire aussi:

Une nouvelle vidéo montre ce qui se passe juste avant la mort de George Floyd
Un drone filme une foule détruire une colonne entière de voitures de police à Philadelphie – vidéo
La taxe qui avait provoqué le mouvement des Gilets jaunes remise sur la table par un conseiller de Macron
Un camion force son passage parmi des manifestants à Minneapolis prêts à lyncher le conducteur – vidéos
Tags:
empoisonnement, enlèvement, Ioulia Skripal, Sergueï Skripal, Alexandre Iakovenko, Salisbury, Royaume-Uni, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook