International
URL courte
Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (114)
7540
S'abonner

Washington, Londres et Paris ont bombardé la Syrie, mais aussi les négociations de Genève, d'après le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

La frappe portée par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni sur la Syrie l'a été aussi sur les négociations de Genève, a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'une rencontre avec l'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie Staffan de Mistura.

«Ces trois pays ont bombardé le 14 avril des sites chimiques imaginaires en Syrie, mais aussi les négociations de Genève», a indiqué le ministre.

Selon lui, l'attaque occidentale contre la Syrie rend difficile la mission de M.de Mistura.

«Cet acte d'agression a compliqué les choses, il a notamment compliqué la tâche confiée par le secrétaire général de l'Onu à Staffan de Mistura», a noté M.Lavrov.

La Russie et l'Onu estiment qu'il n'existe pas de solution militaire à la crise syrienne.

«Toute tentative de réaliser un tel scénario aura des conséquences négatives pour la Syrie et la stabilité régionale et internationale», a-t-il poursuivi.

Le ministre russe s'est dit préoccupé par l'appel à poursuivre les frappes et à les étendre sur l'ensemble du territoire syrien que la prétendue Coalition nationale syrienne des forces de l'opposition et de la révolution avait adressé aux États-Unis, à la France et au Royaume-Uni.

«C'est une déclaration absolument inacceptable et nous espérons que ceux qui peuvent influencer ou contrôlent ce groupe d'opposants tireront les bonnes conclusions et les appelleront à l'ordre», a conclu M.Lavrov.

Dossier:
Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (114)

Lire aussi:

Trois roquettes tirées depuis le Liban en direction d'Israël
Erdogan veut donner «une leçon forte et dissuasive» à Israël
L'armée d’Israël lance une opération dans la bande de Gaza
Mère immolée à Mérignac: le garde des Sceaux hué au Sénat
Tags:
frappe de missile, négociations, Staffan de Mistura, Sergueï Lavrov, Genève, Syrie, Royaume-Uni, France, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook