Ecoutez Radio Sputnik
    James Mattis, chef du Pentagone

    Le Pentagone précise dans quel cas les USA pourraient de nouveau frapper la Syrie

    © REUTERS / Yuri Gripas
    International
    URL courte
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)
    67289

    Le secrétaire américain à la Défense a conseillé à Bachar el-Assad de prendre en compte la leçon que les États-Unis, la France et le Royaume-Uni lui ont donnée dans la nuit du 13 au 14 avril. Sinon, une nouvelle attaque n’est pas exclue.

    Les États-Unis sont prêts à mener de nouvelles actions militaires contre la Syrie, si le Président syrien Bachar el-Assad néglige le message de la frappe du 14 avril, a déclaré le secrétaire américain à la Défense James Mattis.

    «Il est mal avisé de négliger le message de la communauté internationale et nous sommes prêts à prendre toutes les mesures qui s'imposeront dans l'avenir», a martelé le chef du Pentagone lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue japonais Itsunori Onodera.

    Il a mis en avant le soutien universel de ce qu'il a qualifié d'«attaque regrettable mais nécessaire» contre les sites de la production présumée des armes chimiques.

    Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre des sites syriens où, selon eux, pourraient être fabriqués des armes chimiques. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, selon le ministre russe de la Défense. Le bombardement a été mené suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

    Dossier:
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)

    Lire aussi:

    La France veut déployer un système de défense antiaérienne en Turquie en plein conflit autour des S-400
    Un «nouveau» véhicule de la police française filmé de l'intérieur... son état se passe de mots (vidéo)
    Prisons françaises au bord de l’explosion: «Je n’aurais jamais cru ça possible»
    Tags:
    frappes, Pentagone, James Mattis, Japon, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik