Ecoutez Radio Sputnik
    Le siège de l'OIAC à La Haye

    Les experts de l’OIAC ont prélevé des échantillons à Douma, en Syrie

    © AP Photo / Peter Dejong
    International
    URL courte
    10340

    La mission de l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé s’être rendue ce samedi à Douma pour y inspecter le lieu de l’attaque chimique présumée.

    Les inspecteurs de l'OIAC ont annoncé ce samedi après-midi avoir prélevé des échantillons sur le lieu de l'attaque chimique présumée à Douma. L'organisation qui procédera sous peu à leur analyse n'exclut pas de mener dans l'avenir une nouvelle inspection dans la ville.

    «L'OIAC évaluera la situation et examinera la nécessité d'entreprendre de nouvelles démarches, dont la possibilité d'un nouveau déplacement à Douma», a annoncé l'organisation dans un communiqué publié sur son site.

    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, qui a plus tôt annoncé que l'OIAC était en route pour Douma, a également espéré que «les inspecteurs de l'Organisation mèneraient une enquête la plus impartiale possible qui permettrait d'établir toutes les circonstances de ce qui s'était passé».

    Dans le même temps, Maria Zakharova a souligné le fait que la mission arrivait sur les lieux 11 longs jours après que le Secrétariat technique de l'OIAC avait reçu la demande officielle de Damas sur l'envoi d'enquêteurs.

    La diplomate s'est par ailleurs dite préoccupée par les «tentatives que les spécialistes de l'OIAC entreprennent pour limiter le nombre des lieux liés à l'attaque chimique présumée à inspecter ainsi que pour limiter le cercle des personnes à interroger».

    Lire aussi:

    Les inspecteurs de l'OIAC sont en route pour Douma
    La mission russe auprès de l'OIAC désigne ceux qui tentent de saper le travail des experts
    Moscou: aucune victime ni trace d’armes chimiques trouvée à Douma, en Syrie
    Tags:
    OIAC, Maria Zakharova, Douma, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik