Ecoutez Radio Sputnik
    Frappes en Syrie

    «Aujourd’hui, c’est la Syrie, et demain?»

    © AP Photo / Hassan Ammar
    International
    URL courte
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)
    32842

    Les frappes portées par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France contre la Syrie violent les normes du droit international et montrent bien que de telles attaques pourraient bien être menées à l’avenir contre d’autres pays, a estimé Bora Bayraktar, spécialiste turc des problèmes du Proche-Orient, dans un entretien accordé à Sputnik.

    La récente attaque perpétrée par des États occidentaux contre la Syrie n'a en rien changé l'équilibre des forces dans ce pays parce que ce n'était au fond qu'une simple démonstration de force et rien de plus, a déclaré Bora Bayraktar à Sputnik.

    «À mon avis, cette opération militaire a bien montré la faiblesse […] politique et la position indécise de l'Occident», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que cette attaque contre le territoire syrien avait été réalisée avec des missiles tirés depuis la mer Rouge et le Golfe.

    Frappes en Syrie
    © AP Photo / Hassan Ammar

    «Cela montre que cette démarche impliquait non seulement les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, mais que ces derniers ont bénéficié d'un soutien de la part de l'Égypte, de l'Arabie saoudite et des pays du Golfe. Cela veut dire que cette attaque a été lancée dans le cadre du bloc qu'ils ont formé», a expliqué l'expert.

    Il a signalé une similitude entre cette frappe contre la Syrie, d'une part, et les bombardements de la Yougoslavie et l'occupation de l'Irak, de l'autre.

    «Au regard des normes du droit et de la pratique même des relations internationales, cette frappe est fort préoccupante […], car il s'agit au fond de la poursuite du processus amorcé par les bombardements de Belgrade, suivi par l'occupation de l'Irak en 2003», a relevé M. Bayraktar.

    Et de rappeler que toutes ces démarches avaient été réalisées en l'absence d'une résolution appropriée des Nations unies et en violation des normes du droit international.

    «Si une telle situation illégitime est institutionnalisée, le chaos sera bel et bien inévitable. […] Aujourd'hui, c'est la Syrie, et demain?», s'est interrogé l'interlocuteur de Sputnik.

    Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre des sites syriens où, selon eux, pourraient être fabriqués des armes chimiques. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne. Le bombardement a été mené suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

    Dossier:
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)

    Lire aussi:

    Un militaire de Sentinelle ouvre le feu contre un homme armé d’un couteau près d'un hôpital militaire à Lyon
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Sur une vidéo devenue virale, des forces de l'ordre gazent les clients d'un café lors de l’acte 31
    Tags:
    occupation, bombardements, chaos, soutien, violations, droit international, résolution, Sputnik, ONU, Bora Bayraktar, Belgrade, Yougoslavie, Irak, Arabie Saoudite, Egypte, mer Rouge, Golfe persique, Occident, France, Royaume-Uni, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik