International
URL courte
12619
S'abonner

Outre le fait que le dirigeant nord-coréen a annoncé que le pays cessait ses essais nucléaires et ses lancements de missiles balistiques intercontinentaux, Kim Jong-un aurait également accepté l'inspection par des spécialistes US du site d'essais nucléaires de Punggye-ri afin de vérifier son non-fonctionnement.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a accepté l'inspection par les États-Unis de son site d'essais nucléaires, a rapporté lundi l'agence Bloomberg.

«Lors d'une récente rencontre avec l'ex-directeur de la CIA et candidat au poste de secrétaire d'État américain Mike Pompeo, Kim Jong-un a accepté une demande des États-Unis visant à inspecter le site d'essais nucléaires nord-coréen», indique l'agence.

Selon Bloomberg, le dirigeant nord-coréen a également déclaré que Pyongyang n'avait «aucune raison de ne pas geler les travaux sur le site si la sécurité du Nord est garantie».

Comme l'ajoute l'agence, les États-Unis «examinent différents scénarios afin de vérifier le fonctionnement des installations nucléaires» nord-coréennes après que leurs inspecteurs auront reçu l'autorisation officielle d'y accéder.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a annoncé samedi que le pays cessait ses essais nucléaires et ses lancements de missiles balistiques intercontinentaux, jugeant que le site d'essais nucléaires de Punggye-ri (nord) allait fermer car il avait «rempli sa mission». Il n'a toutefois pas évoqué le démantèlement de l'arsenal nucléaire de Pyongyang.

Cette déclaration-surprise intervient avant un sommet historique qui devrait avoir lieu entre MM. Kim et Trump, en principe début juin.

Lire aussi:

Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
Mike Pompeo, Kim Jong-un, Pyongyang, États-Unis, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook