International
URL courte
36345
S'abonner

Les États-Unis ne veulent pas investir dans la reconstruction des régions syriennes se trouvant sous le contrôle du Président Bachar el-Assad, selon un haut fonctionnaire américain au sortir d’une réunion des chefs de la diplomatie du G7.

Un haut fonctionnaire américain a commenté la possibilité du financement de la reconstruction de la Syrie par Washington.

«Lorsque nous étudions et examinons les actions ultérieures [à entreprendre, NDLR], nous ne voulons pas que le financement soit versé aux régions contrôlées par le gouvernement d'Assad», a-t-il déclaré à l'issue de la première journée de rencontre des chefs de la diplomatie des pays du G7.

La reconstruction des infrastructures ne coûtera pas moins de 400 milliards de dollars, soit 324 milliards d'euros, et nécessitera entre 10 et 15 années, a précédemment déclaré le député Dmitri Sabline, à la tête de la délégation russe en Syrie.

Dans le même temps, d'après le député, le Président syrien a en outre indiqué que son pays aurait sans doute besoin d'une aide étrangère pour reconstruire ses infrastructures, soulignant toutefois que les entreprises occidentales n'étaient pas les bienvenues, notamment dans le secteur pétrolier. C'est surtout sur les sociétés russes que mise actuellement le gouvernement syrien, a-t-il indiqué.

Lire aussi:

Avant de vacciner une ministre, Olivier Véran fait une gaffe et se lance dans l’autodérision – vidéo
Une figure des anti-restrictions trouve un «camp Covid secret» dans les Landes, la préfecture dément
Les raves-parties à répétition organisées en Bretagne auraient un important impact écologique
Pass sanitaire dans les transports: entrée en vigueur «entre le 7 et le 10 août»
Tags:
reconstruction, infrastructure, argent, financement, Bachar el-Assad, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook