Ecoutez Radio Sputnik
    le ministère russe des Affaires étrangères

    Les experts de l’OIAC travaillent en Syrie sous pression, selon Moscou

    © Sputnik . Alexey Kudenko
    International
    URL courte
    14261

    La pression est exercée sur les inspecteurs de l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques qui travaillent sur les lieux de l’attaque chimique présumée à Douma, estime-t-on au sein du ministère russe des Affaires étrangères.

    Moscou estime, que les spécialistes de l'OIAC arrivés dans la ville syrienne de Douma afin d'enquêter sur l'attaque chimique présumée, travaillent sous contrainte.

    «Ils [les inspecteurs de l'OIAC, ndlr] sont sous pression, parce que bien avant, les États-Unis avaient pris la décision qu'il fallait virer Assad», a déclaré Vladimir Ermakov, directeur du département de non-prolifération et de contrôle des armements du ministère russe des Affaires étrangères.

    D'après lui, cette décision a été prise en 2011, lorsque les États-Unis ont déclaré qu'ils lanceraient des actions militaires contre Assad, si ce dernier avait recours aux armes chimiques.

    «Ils calent tout sur cette décision prise en 2011. Ils ont besoin d'une provocation avec des armes chimiques, ensuite ils commencent leurs frappes de bombes et de missiles. Cela s'est passé deux fois déjà. L'année dernière, après le recours présumé aux armes chimiques à Khan Cheikhoun. Maintenant, à Douma.»

    Il a, par ailleurs, ajouté que la Russie ne considérait pas nécessaire de participer à l'enquête et que le but de Moscou était d'aider l'OIAC en assurant de bonnes conditions de travail.

    Plus tôt dans la journée, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que les États-Unis et leurs alliés avaient pour but de saper le travail des inspecteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques dans le secteur de la ville syrienne de Douma.

    Une mission de l'OIAC est arrivée le 14 avril à Damas pour enquêter sur l'attaque prétendue chimique à Douma, c'est-à-dire après le bombardement par les pays occidentaux.

    Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, informe le ministre russe de la Défense.

    Le bombardement a été mené au prétexte d'une opération visant à éliminer de prétendues armes chimiques de cet État, suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

    La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    Lire aussi:

    Une série de nuits de violences à Romans-sur-Isère: caillassage et jets de cocktails Molotov contre la police
    Macron officialise l'avis de la France sur Huawei après la décision de Trump de l’écarter
    Le crash d'un F-16 laisse un trou béant dans le toit d'un bâtiment en Californie (vidéo)
    Tags:
    OIAC, Douma, Syrie, Russie, Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik