Ecoutez Radio Sputnik
    Téhéran

    Les raisons de la présence militaire iranienne en Syrie expliquées par Téhéran

    © Sputnik . Sergei Mamonov
    International
    URL courte
    1302

    Les forces militaires iraniennes se trouvent sur le territoire syrien pour éviter l’engloutissement du pays par les extrémistes, affirme le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif.

    Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères, a expliqué la présence militaire iranienne en Syrie.

    «Nous sommes en Syrie pour éviter sa prise par des extrémistes», a-t-il déclaré lors de son discours au Council on Foreign Relations à New York.

    Le chef de la diplomatie iranienne a également répondu à la question de savoir si Téhéran apportait son soutien au Président syrien.

    «Nous ne soutenons personne en Syrie», a-t-il affirmé.

    L'Iran, la Russie et la Turquie sont les pays garants du cessez-le-feu en Syrie.

    En mars, la Syrie a tristement fêté sa 7e année de guerre civile qui a déjà fait quelque 400.000 victimes et 12 millions de déplacés avec un nombre toujours croissant de vies et villes détruites.

    Le conflit a éclaté au mois de mars 2011 sous la forme de manifestations contre le Président Bachar el-Assad, pour ensuite se transformer en une guerre, a fait entre 350.000 et 465.000 morts, selon diverses sources, et plus d'un million de blessés. 10.204 civils ont trouvé la mort en Syrie pour la seule année 2017, indique l'ONG Réseau syrien des droits de l'homme. Plus de 1.000 enfants figurent parmi les victimes depuis le 1er janvier 2018, a indiqué à CNN un représentant du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).

    Lire aussi:

    Sept ans de guerre: le conflit en Syrie en chiffres
    Au grand dam des États-Unis, le ministre iranien de la Défense arrive en Syrie
    Téhéran pointe du doigt les failles dans la politique US au Moyen-Orient
    Tags:
    politique, soutien, opération militaire, militaires, conflit, Bachar el-Assad, Mohammad Javad Zarif, Syrie, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik