Ecoutez Radio Sputnik
    Frappes en Syrie

    Moscou: par ses frappes en Syrie, Washington a lancé un défi au système de l’Onu

    © AP Photo / Hassan Ammar
    International
    URL courte
    12431

    Dénonçant son caractère illégal, le Conseil de sécurité de Russie a violemment fustigé l’attaque menée par Washington et ses alliés britannique et français contre des cibles en Syrie.

    Le Conseil de sécurité de Russie estime qu'en frappant le 14 avril la Syrie, Washington, aux côtés de ses alliés, a lancé un défi au système de l'Onu, bafouant le droit international, a affirmé Alexandre Venediktov, conseiller du secrétaire du Conseil de sécurité de Russie, dans une interview aux médias russes.

    Dénonçant l'absence de preuves susceptibles de confirmer la responsabilité du gouvernement syrien dans l'attaque chimique présumée à Douma, le responsable russe a rappelé dans ce contexte l'Irak et la Libye, où des accusations non-fondée ont déjà eu des conséquences catastrophiques.

    Plus tôt dans la journée, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a affrimée que la frappe avait été menée «strictement dans le style de l'Occident, telle une punition sans enquête».

    Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, informe le ministre russe de la Défense.

    Le bombardement a été mené au prétexte d'une opération visant à éliminer les armes chimiques présumées de cet État, suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

    La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures

    Lire aussi:

    Moscou: la frappe contre Damas est «dans le style occidental, une punition sans enquête»
    Florence Parly s’entretient au téléphone avec son homologue russe
    Lavrov: la frappe occidentale contre la Syrie visait à saper la mission de l'OIAC
    Tags:
    ONU, États-Unis, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik