Ecoutez Radio Sputnik
    A general view of the BBC headquarters in London, Sunday, Nov, 11, 2012

    Une baronne UK: les Syriens soutiennent Assad mais la BBC ne le dira pas

    © AP Photo / Alastair Grant
    International
    URL courte
    10422

    La plupart de Syriens soutiennent leur Président et leur armée, mais la BBC présente aux Britanniques une histoire différente, unilatérale, a affirmé dans une interview à RT une baronne britannique et membre de la Chambre des Lords après son retour d’un voyage dans ce pays déchiré par la guerre.

    Caroline Cox, baronne et Pair à vie à la Chambre des Lords, a accordé une interview à RT après son récent voyages en Syrie où elle s'est entretenue avec «un large éventail de personnes», notamment des responsables gouvernementaux, des leaders de l'opposition, des intellectuels, des écrivains ainsi qu'avec des Syriens ordinaires marchant dans un parc.

    Ainsi, Mme Cox a confié à RT que malgré les affirmations des gouvernements occidentaux et des médias, la grande majorité des Syriens sont reconnaissants envers le Président Assad ainsi qu'envers les militaires syriens et russes pour avoir combattu les groupes terroristes.

    «Le peuple syrien est très reconnaissant à l'armée syrienne, à Assad et, je peux le dire, à l'aide accordée par la Russie pour se débarrasser des terroristes qui sont les auteurs des atrocités et des massacres les plus effroyables», a-t-elle déclaré.

    Par ailleurs, Caroline Cox a fustigé le travail des médias britannique, notamment de la BBC, qui font, selon elle, un travail médiocre pour exprimer cette attitude du peuple syrien.

    «Les gens sont très désireux d'entendre le point de vue des gens à l'intérieur de la Syrie. Il est largement ressenti et largement rapporté que les reportages de la BBC sont très partiaux et très unilatéraux, et donc ils veulent vraiment une image plus large», a-t-elle affirmé.

    Dans le même temps, la baronne a également rejeté les accusations selon lesquelles son voyage en Syrie serait d'une manière ou d'une autre inapproprié ou était en quelque sorte mis en scène à des fins de propagande.
    Ainsi, elle a expliqué qu'elle parlait librement avec les gens qu'elle rencontrait au hasard dans un parc. Donc, ces rencontres n'auraient pas pu être orchestrées par avance par le gouvernement syrien.

    «J'ai parlé à deux charmantes dames musulmanes, dans l'un des parcs d'Alep, et ce n'était pas préparé à l'avance. Je leur ai demandé ce qu'elles pensaient de la situation, et ce qu'elles me disaient était tout à fait conforme à ce que nous entendions lors des réunions formelles», a-t-elle dit.

    Selon Caroline Cox, son message au peuple britannique et au monde entier est très simple:

    «S'il vous plaît, pouvons-nous laisser au peuple syrien la liberté de décider de son propre avenir».

    Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, informe le ministre russe de la Défense.

    Le bombardement a été mené au prétexte d'une opération visant à éliminer les armes chimiques présumées de cet État, suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

    La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    Lire aussi:

    «Contenir l'agression»: à quoi serait prêt Moscou après les frappes contre la Syrie?
    Assad: l’Occident soutient les «terroristes depuis le 1er jour de la guerre»
    Lavrov: la frappe occidentale contre la Syrie visait à saper la mission de l'OIAC
    Tags:
    médias mainstream, attaque chimique, gouvernement, reportage, propagande, médias, terrorisme, Bachar el-Assad, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik