Ecoutez Radio Sputnik
    Des parachutes

    Une partie de l'aide humanitaire pour la Syrie perdue à cause de mauvais parachutes US

    CC0
    International
    URL courte
    4412

    Près de 2% de l'aide humanitaire destinée aux habitants de la ville syrienne de Deir ez-Zor a été perdue à cause de parachutes américains qui ne se sont pas ouverts, a déclaré à Sputnik le directeur du Programme alimentaire mondial en Syrie.

    Les habitants de Deir ez-Zor n'ont pas reçu environ 2% des aides humanitaires du Programme alimentaire mondial (PAM) en raison de parachutes américains défectueux, a raconté à Sputnik le responsable du programme en Syrie Jakob Kern.

    «En moyenne, nous avons perdu près de 2% du volume de fret total. Nous avons largué 8.000 palettes dont chacune contenait 600 kg de nourriture. Nous avons perdu environ 200 palettes en raison du fait que les parachutes ne se soient pas ouverts ou n'ont pas bien fonctionné», a-t-il déclaré.

    Il a souligné que l'opération à Deir ez-Zor, malgré son coût et la perte de cargaison, pouvait être qualifiée de réussie.

    «Cela ne doit pas être le sujet de préoccupation compte tenu du fait que parfois les parachutes ne s'ouvrent pas ou le vent les emporte loin du point de largage. Dans le cas du transport terrestre, nous perdons aussi du fret. De ce point de vue, une perte de 2% de fret est un succès absolu», a-t-il indiqué.

    Selon M.Kern, des livraisons ont été effectuées par la compagnie aérienne russe Abakan-Avia, tous les jours, depuis la Jordanie. À cinq kilomètres d'altitude environ, un avion larguait quelque 26 palettes sur une superficie de trois à quatre terrains de football en fonction des prévisions du service météorologique britannique.

    Lire aussi:

    L’Onu reprend ses livraisons d’aide humanitaire à Deir ez-Zor par la route
    Syrie: les habitants d'Alep et de Soueïda reçoivent 5 t de fret russe en 24h
    Combien d'essais faut-il pour offrir un palet à une fillette?
    Tags:
    aide humanitaire, PAM (Programme alimentaire mondial), Jakob Kern, Deir ez-Zor, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik