Ecoutez Radio Sputnik
    Rameau d'olivier

    Des olives de Crimée émergent dans la ville syrienne de Lattaquié (vidéo)

    © Sputnik . Oleg Lastochkin
    International
    URL courte
    9350

    Une cinquantaine d’oliviers ont fait le chemin de la ville russe de Yalta, en Crimée, jusqu’à Lattaquié, en Syrie, en signe d’amitié entre les deux peuples.

    De la mer Noire à la Méditerranée… Cinq dizaines d'oliviers apportés de Crimée par les participants du 4e Forum économique de Yalta ont été plantés dans la ville syrienne de Lattaquié. Ces arbres nobles forment désormais une allée qui symbolise l'amitié russo-syrienne.

    «Une véritable amitié, qui se renforce dans la lutte antiterroriste, s'est créée entre nos peuples», a raconté à Sputnik Muhammed Shreitah, secrétaire d'un bureau du parti Baas.

    «Nos soldats versent ensemble leur sang sur le sol syrien. Les Russes nous ont tendu la main non seulement sur le champ de bataille, mais aussi en soutenant des Syriens ordinaires. Le Centre russe pour la réconciliation apporte une importante aide humanitaire dans toutes les parties de la Syrie», a-t-il poursuivi.

    Le maire adjoint de Yalta venu en Syrie se montre lui aussi enthousiaste à ce sujet.

    «L'échange d'oliviers entre Yalta et Lattaquié fait preuve d'une amitié sincère et de rapports de confiance entre les peuples russe et syrien. La Russie se range du côté de la Syrie et est prête à la protéger contre toute sorte d'agression et d'attaques», a-t-il affirmé à Sputnik.

    Le 21 avril, un accord de jumelage a été conclu entre Lattaquié et Yalta. À cette occasion, des allées d'amitié russo-syrienne ont été plantées dans les deux villes.

    Lire aussi:

    La France au seuil d’une révolution? Le sondage alarmant de l’Ifop
    Gilets jaunes: l’armée sera déployée samedi pour sécuriser des bâtiments
    Les derniers mots des pilotes du crash du Boeing 737 MAX révélés par les boîtes noires
    Tags:
    olivier, Yalta, Lattaquié, Crimée, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik