International
URL courte
13283
S'abonner

Le Pentagone ne cesse d’installer des laboratoires médicaux et biologiques partout dans le monde, y compris près des frontières russes, ce qui inquiète les autorités russes, a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les États-Unis continuent d’implanter des laboratoires médicaux et biologiques dans de nombreux pays, y compris à proximité immédiate de la Russie, selon un communiqué diffusé ce mardi par le ministère russe des Affaires étrangères.

«Nous sommes de plus en plus préoccupés par l’activité du Pentagone qui installe ses laboratoires médicaux et biologiques dans plusieurs régions du monde, et, entre autres, à proximité immédiate des frontières russes», indique le document.

Selon la diplomatie russe, le Centre de recherche sur la santé publique Richard Lugar, qui se trouve près de Tbilissi, en Géorgie, en est un exemple. Il s’agit d’un laboratoire de confinement biologique de très haut niveau.

Le ministère des Affaires étrangères précise que dans cet établissement «s’est fait enregistrer» l’unité médicale de recherche des forces terrestres des États-Unis, qui est affilée au Walter Reed National Military Medical Center.

«On sait que cette unité militaire de l’armée américaine étudie des maladies infectieuses des plus dangereuses. Les autorités américaines et géorgiennes s’efforcent de cacher le véritable contenu et l’orientation des projets réalisés en banlieue de Tbilissi», ajoute la diplomatie russe.

Lire aussi:

L’explosion sur le site nucléaire iranien a été organisée par Israël, affirment le renseignement US et l’Iran
Drogues, prostitution, politique: l’ordinateur de Hunter Biden, une boîte de Pandore?
En misant sur la seule vaccination, la France s'expose à plusieurs risques, selon un épidémiologiste
«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Tags:
laboratoire, Pentagone, Tbilissi, Géorgie (pays issu de l'ex-URSS), États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook