Ecoutez Radio Sputnik
    Les lieux de l'attaque aux missiles occidentales contre Damas (14 avril 2018)

    État-major russe: pas d’armes chimiques sur les sites frappés par la coalition en Syrie

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    17520

    Aucun des trois sites syriens ciblés par l’attaque menée par les États-Unis et leurs alliés en Syrie ne contenait d'armes chimiques, a déclaré le chef du Commandement opérationnel principal de l'état-major russe, le général Sergueï Roudskoï, ajoutant que les échantillons prélevés le prouvent.

    Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont frappé des bâtiments ordinaires et des hangars qui ne contenaient pas de substances toxiques, a annoncé le chef du Commandement opérationnel principal de l'état-major russe, Sergueï Roudskoï.    

    «Je noterai un détail important. Dans tous les pays, les installations où sont menées des recherches sur les armes chimiques et les stocks de munitions sont soigneusement protégées en raison du grand danger pour la population. Cependant, rien de tel n'a pas été observé sur aucun des trois sites concernés. C'étaient des bâtiments ordinaires et des hangars», a-t-il déclaré lors d'un point de presse mercredi.    

    Il a noté qu'immédiatement après les attaques sur ces sites, plusieurs personnes travaillant sur place et de simples témoins se sont rendus sur les sites sans aucun moyen de protection. «Aucun d'entre eux n'a été affecté par des substances toxiques», a ajouté le général russe.    

    Afin de déterminer le niveau de contamination éventuelle suite aux frappes de la coalition tripartite, les spécialistes russes de la protection radiologique, chimique et biologique ont prélevé tous les échantillons nécessaires sur le site de Barza.    

    L'OIAC a confirmé l'absence d'armes chimiques dans le centre de recherche de Barza à Damas, a annoncé le responsable russe. Selon lui,  jusqu'en 2013, le centre de Barza a mené des recherches sur le développement de moyens de protection contre les impacts des armes chimiques, utilisant des produits chimiques différents dans des quantités autorisées par la Convention sur l'interdiction des armes chimiques.    

    «En 2017, l'OAIC a mené des inspections dans les laboratoires du centre de recherches. Sur la base de leurs résultats, l'absence de toute activité liée au développement et à la production d'agents chimiques a été confirmée», a-t-il déclaré.    

    Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué dans la nuit du 13 au 14 avril des sites d'infrastructures militaires de la Syrie. Cette coalition tripartite a tiré 103 missiles (l'année dernière, l'aérodrome militaire syrien de Shayrat avait déjà été attaqué par 59 missiles) dont 71 ont été abattus à l'approche de leurs objectifs, d'après le ministère russe de la Défense.

    Moscou a violemment fustigé les frappes, affirmant que par leurs actions, les États-Unis laissaient faire les terroristes en Syrie.

    Lire aussi:

    Détruire des armes chimiques? La coalition aurait pu tuer des milliers de Syriens
    Moscou: l’Occident évite d’expliquer les raisons de ses frappes de missiles sur la Syrie
    Frappes en Syrie: la Défense russe précise combien de missiles ont atteint leurs cibles
    Tags:
    frappe aérienne, OIAC, Sergueï Roudskoï, Royaume-Uni, Syrie, France, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik