Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    En Algérie, «chaque jour, un ou deux terroristes sont capturés ou se livrent à l’armée»

    © Sputnik . Vladimir Perventsev
    International
    URL courte
    Kamal Louadj
    3510

    Les forces de sécurité algériennes ont réussi à «vraiment amoindrir» la menace terroriste dans le pays, et l’armée algérienne a développé «des compétences de haut niveaux» en matière de lutte antiterroriste, a déclaré un ancien directeur central de la police algérienne dans une interview.

    «Je suis très optimiste parce que le risque terroriste est vraiment amoindri», a déclaré Abdelaziz El Affani, ancien directeur central de la police judiciaire en Algérie, ayant occupé par intérim, pendant six mois, le poste de directeur général de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), dans un entretien donné le 25 avril au journal Le Soir d'Algérie. L'entretien a été réalisé à l'occasion de la tenue d'un colloque international sur l'éducation islamique dans les écoles.

    «Je sais que vous suivez régulièrement l'actualité sécuritaire dans le sud du pays. Vous avez certainement remarqué que chaque jour, un ou deux terroristes sont capturés ou se livrent à l'armée», a ajouté le responsable en soulignant que «par ailleurs, des armes et des marchandises de contrebande sont saisies grâce au travail de fond des éléments de l'armée et leur vigilance». «Ce qui me permet de dire que la courbe du risque a été ramenée vers le bas», a-t-il affirmé.

    Pour expliquer les raisons de cette réussite des services de sécurité algériens dans la lutte antiterroriste, M.El Affani a insisté sur le fait «qu'il faut rappeler que l'Armée nationale populaire (ANP) mène un combat sur deux fronts: il y a d'une part la lutte implacable contre le terrorisme et d'autre part, l'application de la loi sur la réconciliation que le Président de la République Abdelaziz Bouteflika avait fait voter par le peuple». «En la matière, je dois dire que de grandes compétences sont nécessaires pour réaliser des résultats probants. Dans ce domaine, je peux dire que notre armée a ces compétences et d'un haut niveau», s'est-il félicité.

    Concernant la politique de déradicalisation menée par les autorités algériennes en parallèle de la lutte antiterroriste, l'ancien policier a fait savoir qu'il fréquentait régulièrement les mosquées à travers tout le territoire algérien, notant «qu'il y a une nouvelle génération d'imams. Ce sont des universitaires, que je qualifierais également d'intellectuels et ils sont très compétents. Plus important encore, ils sont vraiment modérés et d'une grande tolérance». «En fait, l'Algérie est un exemple de lutte antiterroriste et dans pas longtemps, elle sera un modèle de déradicalisation», a-t-il estimé.

    Pour rappel, l'Armée nationale populaire a découvert et détruit, le 21 avril 2018, un abri terroriste à Batna, dans le nord-est du pays, a annoncé le ministère de la Défense nationale sur son site. Selon le ministère, l'abri contenait une bombe artisanale, de nombreuses munitions ainsi que des téléphones portables.

    Toujours d'après le ministère algérien de la Défense, de 2017 à avril 2018, 84 terroristes ont été arrêtés ou tués dans le pays.

    Les violences attribuées à des groupes islamistes armés qui avaient ensanglanté l'Algérie durant les 11 années de guerre civile (1991-2002) ont considérablement baissé mais certaines organisations restent actives, en particulier dans le sud du pays, et s'en prennent de temps à autre aux forces de sécurité.

    Lire aussi:

    Alger opère un nouveau coup de filet contre les terroristes
    Lutte antiterroriste: les USA évaluent l’efficacité de la stratégie de l’armée algérienne
    Défense: les deux raisons qui auraient motivé le réarmement soutenu de l’armée algérienne
    Tags:
    lutte anti-extrémiste, lutte antiterroriste, DGSN, Armée nationale populaire algérienne (ANP), Abdelaziz Bouteflika, Alger, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik