Ecoutez Radio Sputnik
    La Défense russe explique ce qu’elle fera des missiles ramenés de Syrie

    La Défense russe explique ce qu’elle fera des missiles ramenés de Syrie

    © Sputnik . Igor Ermachenkov
    International
    URL courte
    402088

    Deux missiles qui n’ont pas explosé lors de la frappe réalisée en Syrie par Washington, Paris et Londres ont été emmenés à Moscou et sont analysés par des spécialistes. Le ministère russe de la Défense montrera leurs fragments, a-t-on appris ce mercredi.

    Un missile Tomahawk et un missile air-air qui n'ont pas explosé lors des frappes américano-britanno-françaises en Syrie ont été ramenés à Moscou où ils ont été remis entre les mains de spécialistes, rapporte ce mercredi la chaîne de télévision russe Rossiya-24.

    «Une partie des missiles n'a pas atteint ses cibles, probablement à cause de problèmes techniques, ayant causé des risques de destruction d'infrastructures civiles et de la mort d'habitants. Deux d'entre eux, un missile Tomahawk et un missile air-air de haute précision, ont été ramenés à Moscou», a précisé lors d'un briefing le chef du Commandement opérationnel principal de l'état-major russe, le général Sergueï Roudskoï.

    ​Selon lui, les résultats de l'analyse seront utilisés pour perfectionner les armes russes.

    «Les fragments de missiles découverts dans les régions indiquées de l'interception présentent des brèches caractéristiques laissées par la charge de missiles guidés. Sur les nœuds et les engins l'on voit les numéros de série, les dates et les marques de production, ainsi que d'autres informations. Les spécialistes sauront identifier sans difficultés les origines de ces fragments. Vous pouvez voir certains fragments sur l'exposition qui vous est présentée. À la fin du briefing, vous aurez la possibilité de les examiner de manière plus détaillée», a-t-il conclu.

    Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, informe le ministre russe de la Défense.

    Le bombardement a été mené au prétexte d'une opération visant à éliminer les armes chimiques présumées de cet État, suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

    La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    L'OIAC a confirmé l'absence d'armes chimiques dans le centre de recherche de Barza.

    Lire aussi:

    Tomahawk US à Moscou: le Pentagone réagit
    Les inspecteurs de l'OIAC entrent dans Douma
    Détruire des armes chimiques? La coalition aurait pu tuer des milliers de Syriens
    Tags:
    frappes, expertise, missiles, coalition, ministère russe de la Défense, Sergueï Roudskoï, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik