Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie

    Téhéran réagit à l’idée de Riyad de faire envoyer en Syrie des troupes qataries

    © AP Photo / Hassan Ammar
    International
    URL courte
    9229

    L’Iran a vigoureusement réagi à la proposition de l’Arabie saoudite de déployer en Syrie des troupes du Qatar, estimant que l’objectif de Doha était de déstabiliser la situation dans ce pays.

    Le Qatar fera une erreur et compliquera la situation en Syrie s'il envoie des troupes dans ce pays, comme l'exige l'Arabie saoudite, a déclaré à Sputnik Khossein Cheikh al-Islam, conseiller du ministre iranien des Affaires étrangères.

    «Ce serait une erreur. Nous nous opposons catégoriquement à l'envoi de quelques troupes que ce soit en Syrie, car leur objectif sera le même que pour les troupes américaines en Syrie, à savoir d'aggraver la crise syrienne», a-t-il indiqué.

    Le Président américain a de nouveau déclaré mardi qu'il souhaiterait retirer les troupes américaines de Syrie. Plus tard, le chef de la diplomatie saoudienne, Adel al-Joubeir, a affirmé que Doha devait envoyer ses troupes en Syrie s'il ne voulait pas se priver du soutien militaire de Washington. Si les États-Unis cessent d'assurer la sécurité du Qatar, le gouvernement de ce pays sera renversé en moins d'une semaine, a estimé le ministre.

    Le Wall Street Journal, citant des fonctionnaires américains, avait fait savoir que l'administration Trump envisageait de remplacer le contingent américain en Syrie par des militaires ressortissants des pays arabes. Selon Adel al-Joubeir, le royaume saoudien est prêt à envoyer ses troupes pour combattre le terrorisme si les États-Unis le lui proposent.

    Lire aussi:

    Les forces militaires du Golfe réaliseront-elles les rêves de Trump en Syrie?
    Doha à Riyad : «Arrêtez de prendre l’opinion publique arabe pour une imbécile»
    Le Qatar, remplacera-t-il les forces américaines dans le nord de la Syrie?
    Tags:
    Iran, Syrie, Arabie Saoudite, Qatar
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik