International
URL courte
18422
S'abonner

Les autorités israéliennes sont très préoccupées par une éventuelle livraison de systèmes de missiles sol-air S-300 en Syrie, ces derniers pouvant perturber l’«équilibre des forces dans toute la région».

Tel Aviv n'épargnera aucun effort pour torpiller un accord possible avec la Russie sur des livraisons de systèmes S-300 en Syrie, qui pourraient changer le cours des choses dans cette région, a déclaré à Sputnik le politologue syrien Humeidi Abdallah.

«Le facteur israélien a un immense impact sur la mise en œuvre de cet accord. Tel Aviv tentera de faire échouer ou de reporter l'application de cet accord. Des S-300 en Syrie influeront sur l'équilibre des forces dans toute la région, y compris sur le conflit arabo-israélien, sur la situation autour du plateau du Golan occupé [par l'État hébreu, ndlr]. Et Damas est prêt à payer toutes les factures, on n'économise pas sur la sécurité», a souligné l'expert.

Selon le politologue, la Syrie est très intéressée par des livraisons de S-300 afin de défendre son territoire contre les frappes aériennes.

«Actuellement, le gouvernement syrien compléte son armement par des armes russes récentes ainsi que modernise des systèmes anti-aériens, dont il dispose, qui ont été achetés il y a des dizaines d'années», a ajouté Humeidi Abdallah.

Le 24 avril, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Liberman, a déclaré qu'Israël allait détruire les S-300 qui pourraient être livrés à Damas par Moscou, si la Syrie utilisait ces systèmes de défense contre l'aviation de l'État hébreu.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a de son côté fait savoir que la décision concernant la livraison de S-300 n'était pas encore prise.

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
«Nicole Belloubet a menti»: Montpellier porte plainte contre la garde des Sceaux
Tags:
frappe aérienne, aviation, livraisons, S-300, Sergueï Lavrov, Avigdor Liberman, Russie, Israël, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik