International
URL courte
10392
S'abonner

Les entreprises étrangères ont été invitées, ce mercredi, «à quitter immédiatement» le territoire saoudien, sous peine de subir le feu des rebelles houthis qui ont promis d’exporter «la guerre à l’intérieur du royaume», selon la chaîne de télévision Al Mayadeen.

Les rebelles houthis ont appelé, ce mercredi, toutes les entreprises étrangères «à quitter immédiatement l'Arabie saoudite» en avertissant que «des palais et des sociétés importantes vont brûler à l'intérieur du royaume», selon le site de la chaîne de télévision Al Mayadeen.

Les Houthis ont affirmé que «la guerre va se délacer rapidement vers l'intérieur du royaume saoudien, et nous avons les moyens d'attaquer toutes les capitales des pays participants à l'agression contre le Yémen», tout appelant les Saoudiens «à se tenir loin des ministères et des bâtiments publics», selon la même source.

Le chef de l'administration du Yémen du nord, Saleh Ali al-Sammad, a été tué mardi dans un raid aérien saoudien, selon la chaîne de télévision yéménite Al Masirah.

Les rebelles houthis ont affirmé, dans un communiqué diffusé par l'agence de presse yéménite Saba, que Saleh al-Sammad était mort le 19 avril dans une frappe sur la province d'Al Hudaydah (ouest), relate l'Agence France-Presse.

Depuis 2014, le Yémen est en proie à un conflit armé opposant d'une part les rebelles houthis et les militaires loyaux à l'ex-Président Ali Abdallah Saleh, tué le 4 décembre dernier, et d'autre part les forces gouvernementales et les milices populaires loyales au Président en exercice Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par la coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite.

Lire aussi:

Krach du bitcoin: le début de la fin pour la célèbre cryptomonnaie?
«Un jour normal à la Guillotière»: une bagarre à coups de truelle sur un marché sauvage de Lyon – vidéo
Un Mig-31 russe intercepte des avions de l'Otan au-dessus de la mer de Barents
«Déconstruire notre propre histoire»: Macron fait-il de la France un véritable «paillasson»?
Tags:
grandes entreprises, avertissement, Ansarullah, Arabie Saoudite, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook