Ecoutez Radio Sputnik
    Mile Pompeo

    Mike Pompeo nommé au poste de secrétaire d’État: à quoi s’attendre

    © AP Photo / Andrew Harnik
    International
    URL courte
    5211

    Le Sénat américain a approuvé la nomination de Mike Pompeo au poste de secrétaire d'État, bien que le nouveau chef de la diplomatie de l'administration Trump soit souvent critiqué pour ses opinions bellicistes et antimusulmanes. Sputnik a évoqué sa nomination avec Daniel Franklin, maître de conférences à l'Université de Géorgie.

    La candidature de Mike Pompeo au poste de secrétaire d'État vient d'être approuvée par la commission des affaires étrangères du Sénat américain. Daniel Franklin, maître de conférences en politologie de l'Université de Géorgie, a commenté la nouvelle à Sputnik.

    Selon lui, le nouveau secrétaire d'État a souvent manifesté, en tout cas par le passé, des états d'esprit bellicistes, ce qui, selon lui, «signifie qu'il favorise l'usage de la force».

    «Mais ce n'est pas si différent de Tillerson. Lors de sa campagne électorale, le Président a déclaré qu'il se fierait moins aux militaires dans la politique étrangère des États-Unis», a-t-il rappelé.

    Toutefois, a poursuivi Daniel Franklin, il y a une différence entre briguer le poste de Président et devenir Président.

    «Jusqu'à présent, la politique étrangère de Trump en matière militaire était plutôt traditionnelle. Je ne vois pas vraiment de changement dans l'utilisation de la force par Trump. La plus grande préoccupation face à Pompeo a été exprimée par la gauche», a-t-il constaté.

    Il a fait remarquer que Mike Pompeo avait siégé au Congrès et, «en tant que membre du Congrès, il a été un conservateur social. Et si le secrétaire d'État occupe un poste de décision politique, le directeur de la CIA est une position administrative».

    C'est pourquoi il a été facilement nommé et approuvé au poste de directeur de la CIA, à la différence de son poste au département d'État où il occupe une position politique, a expliqué Daniel Franklin.

    «Ainsi, ses vues politiques deviennent beaucoup plus importantes non seulement en termes d'usage de la force, mais également au niveau des droits de l'Homme, des questions d'immigration et d'attitude envers les pays musulmans […]. Ce qui explique les objections contre sa candidature», a-t-il noté.

    En règle générale, le Sénat approuve celui avec qui veut travailler le Président, sauf si le candidat commet des infractions dans l'exercice de ses fonctions ou quelque chose qui jette une ombre sur sa vie privée.

    «J'ai toujours été certain que sa candidature serait confirmée, à moins que des documents compromettants ne soient découverts», a noté Daniel Franklin.

    Répondant à la demande de Sputnik de commenter l'avis selon lequel Donald Trump pourrait être facilement influencé par son entourage et, en l'occurrence, par Mike Pompeo, il a estimé que Pompeo agirait en conservateur assez traditionnel.

    «Dans la mesure où il peut influencer Trump, il l'entraînera dans le sens opposé de ses déclarations pendant la campagne électorale selon lesquelles les États-Unis devraient accorder moins d'attention aux problèmes de politique étrangère», a-t-il souligné.

    Toutefois, «il arrive souvent que le Président n'écoute pas ses conseillers, même ceux qui à priori sont plus calés que lui en politique. Si Pompeo s'entend avec le Président, tout ira bien pour lui. Sinon ce sera la catastrophe», a indiqué Daniel Franklin pour conclure.

    Lire aussi:

    Renseignement: les différences entre Trump et Obama révélées
    Les jours de Tillerson au poste de secrétaire d’État sont-ils comptés?
    La Maison-Blanche publie des photos de la rencontre entre Pompeo et Kim
    Tags:
    secrétaire d'Etat, nomination, Congrès des États-Unis, CIA, Sputnik, Rex Tillerson, Donald Trump, Mike Pompeo, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik