Ecoutez Radio Sputnik
    Kim Jong-un

    Risque «sans précèdent»: l’intention «pacifique» de Pyongyang sème le doute

    © Sputnik . Iliya Pitalev
    International
    URL courte
    10324

    La nouvelle approche «pacifique» de Kim Jong-un pourrait avoir un rapport avec le récent effondrement d’un site nord-coréen d’essais nucléaires qui se trouve sous le mont Mantap, relate le South China Morning Post.

    L'effondrement du site d'essais nucléaires de Punggye-ri, installé sous le mont Mantap, aurait influencé la décision de Kim Jong-un d'annoncer que la Corée du Nord cessait ses essais nucléaires, le risque d'une explosion radioactive étant «sans précédent», estiment deux équipes de chercheurs cités par le South China Morning Post.

    Selon l'un des groupes de spécialistes, la dernière des cinq explosions nucléaires ayant eu lieu à Punggye-ri a fait un trou dans la montagne, qui s'est ensuite effondrée.
    D'après l'autre équipe, l'effondrement a formé une sorte de «cheminée» par laquelle les retombées radioactives pourraient monter dans l'air.

    «Il est essentiel de continuer à surveiller de possibles fuites de matériaux radiatifs causées par l'effondrement», ont indiqué Wen Lianxing, géologue de l'Université de sciences et technologie de Chine, et son équipe dans un communiqué.

    Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a annoncé le 21 avril que le pays cessait ses essais nucléaires et les lancements de missiles balistiques intercontinentaux, jugeant que le site d'essais nucléaires de Punggye-ri allait fermer car il avait «rempli sa mission». Il n'a toutefois pas évoqué le démantèlement de l'arsenal nucléaire de Pyongyang.

    Lire aussi:

    Pyongyang fait exploser les trois mines en exploitation du site nucléaire de Punggye-ri
    Une vidéo de l'explosion des mines de site nucléaire de Punggye-ri publiée
    Le polygone d’essais nucléaires nord-coréen a-t-il dit son dernier mot?
    Tags:
    fuite, effondrement, tests nucléaires, Kim Jong-un, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik