Ecoutez Radio Sputnik
    Riyad

    Qui paiera pour la guerre en Syrie? Le golfe Persique perplexe

    © AFP 2019 Hassan Ammar
    International
    URL courte
    9115

    Sur fond de crise syrienne, le Président américain mène une politique de chantage avec les pays du golfe Persique, estiment des experts contactés par Sputnik.

    Le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Joubeir a récemment estimé que les autorités qataries devraient envoyer leurs troupes en Syrie pour encore pouvoir bénéficier d'un soutien militaire américain. Précédemment, Donald Trump avait indiqué que l'Arabie saoudite était «très intéressée» par la décision de Washington de rester en Syrie et que Riyad devrait «probablement payer» pour que l'armée américaine maintienne sa présence sur le sol syrien.

    Selon le politologue qatari Ali al Heil contacté par Sputnik, le Président américain «recourt de nouveau au chantage face aux pays du golfe Persique». «Il fait chanter le gouvernement saoudien de manière permanente, et il a déjà réussi à prélever 460 milliards de dollars au Royaume», a affirmé l'interlocuteur de l'agence.

    «Le ministre saoudien des Affaires étrangères essaie de ne pas parler de son propre pays lorsqu'il s'agit de dépenses aussi importantes. Il a mis son pays au bord du gouffre lorsqu'il a ouvert son trésor au Président américain», souligne M.al Heil.

    Pour sa part, l'analyste saoudien Mubarak al Ati estime que les récentes déclarations de Donald Trump «sont adressées directement au Qatar».

    «Rappelons-nous qu'au cours de la visite de l'émir qatari aux États-Unis M.Trump lui a dit qu'il retirerait les troupes américaines du Qatar si ce dernier continuait de financer les terroristes», a indiqué M.al Ati.

    «Alors l'émir s'est déclaré prêt à octroyer 100 milliards de dollars pour le développement de la base aérienne d'Al Oudeid où sont stationnées les forces américaines. Beaucoup de personnes ont considéré ce geste comme un pot de vin», prétend l'expert.

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Le recteur de Notre-Dame de Paris avance une nouvelle cause de l’incendie
    Une photo de Sputnik prise à Notre-Dame cause une avalanche internationale de fake news
    Tags:
    chantage, crise syrienne, base aérienne, Donald Trump, Adel al-Joubeir, Arabie Saoudite, Qatar, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik