Ecoutez Radio Sputnik
    Suisse

    La Suisse a fourni en Syrie un possible précurseur du gaz sarin

    CC BY 2.0 / Martin Abegglen / bern
    International
    URL courte
    3018

    L'exportation d'isopropanol par la Suisse en 2014 était légale et rien n'indiquait que les substances fournies puissent servir à un programme d'armement, a assuré à Sputnik un responsable suisse.

    La Suisse a fourni à une société privée en Syrie, en 2014, 5 tonnes d'isopropanol, possible précurseur du gaz sarin, a indiqué à Sputnik Fabian Maienfisch, porte-parole du Secrétariat d'État à l'économie SECO (Suisse).

    Il s'agissait, selon lui, d'une seule livraison pour une société coopérant avec des entreprises pharmaceutiques suisses. «Aucune autre livraison n'a été effectuée.»

    L'isopropanol, ou alcool isopropylique, est un composé chimique sans couleur et inflammable largement utilisé dans l'industrie pharmaceutique, a-t-il expliqué. D'usage commun et qui n'est pas interdit par la convention sur les armes chimiques, il «n'est donc pas soumis au régime du permis selon la loi sur le contrôle des biens».

    «Étant donné que l'isopropanol peut être utilisé à des fins abusives, il est soumis à une obligation de déclaration lors d'indication d'une telle utilisation», a indiqué M.Maienfisch.

    Le Secrétariat d'État à l'économie de Suisse n'avait pas de griefs contre cette livraison car rien n'indiquait que cette société syrienne était engagée dans un programme militaire ou utiliserait l'agent chimique à des fins illégales, selon lui.

    La société pharmaceutique syrienne ne figurait pas non plus sur les listes de sanctions internationales, selon lui.

    «L'OIAC (Organisation pour la prohibition des armes chimiques) a confirmé la destruction des entrepôts de produits pour la fabrication d'armes chimiques appartenant à l'État syrien», a encore souligné le responsable.

    L'isopropanol est un liquide transparent incolore qui a une très mauvaise odeur. Cette substance est largement utilisée en remplacement de l'éthanol dans la fabrication de désinfectants, de produits de cosmétique, de produits d'entretien ménager et d'antigels.

    Mais il peut être aussi utilisé pour fabriquer du gaz sarin, une substance incolore et volatile, de la famille des organophosphorés, un neurotoxique pour l'homme et l'animal. Même à très faible dose il peut être fatal.

    Lire aussi:

    Derniers arsenaux chimiques: quels pays n'y ont pas encore renoncés?
    L’enquête sur Khan Cheikhoun «menée dans un État ennemi de la Syrie»
    L’Occident et les prétendues attaques chimiques en Syrie
    Tags:
    isopropanol, sarin, Fabian Maienfisch, Syrie, Suisse
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik