Ecoutez Radio Sputnik
    Kosovo

    Une politique de «caniches»: Londres et Paris prennent le parti du Kosovo

    CC0 / marijanana
    International
    URL courte
    141144

    Cherchant à prouver sa loyauté à l’égard de Washington, la France et le Royaume-Uni empêchent toutes les tentatives d’autres États de réviser leur décision de reconnaître l’indépendance du Kosovo, estiment des experts serbes.

    Le journal serbe Politika, citant ses sources, affirme que Paris envisage d'exprimer sa protestation à tout État qui ose retirer la décision sur la reconnaissance de l'indépendance du Kosovo.

    Fin 2017, lorsque le Surinam avait annulé sa reconnaissance de l'indépendance du Kosovo, Londres avait réagi de la même façon. Le Royaume-Uni, selon le quotidien belgradois Vecernje novosti, envisage en outre d'exiger une annulation des séances ouvertes du Conseil de sécurité de l'Onu sur le Kosovo pour examiner toutes les questions relatives à ce territoire à huis clos. Comme la présidence du Conseil passe à Londres en août prochain, cette initiative pourrait bien être approuvée.

    Selon l'ex-ambassadeur de Serbie au Royaume-Uni Vladeta Jankovic, Paris agira de la même façon:

    «Je n'y vois rien d'extraordinaire. La France veut montrer qu'elle est totalement loyale envers les États-Unis, qui sont une sorte de mécanisme qui lance le processus de reconnaissance du Kosovo par d'autres États puis empêche une révision de cette décision. […] La France et le Royaume-Uni sont devenus des caniches de la politique américaine. Ils le reconnaissent eux-mêmes, d'ailleurs», a-t-il indiqué.

    La politique britannique à l'égard du Kosovo est «encore plus agressive que l'américaine», selon lui.

    Cependant, il ne pense pas que Londres puisse faire adopter à l'Onu différentes décisions nuisant à la Serbie car la Russie et la Chine possèdent un droit de veto.

    Un tel soutien à la politique américaine a son prix, souligne le diplomate: la possibilité d'utiliser la base militaire de l'Otan Bondsteel au Kosovo, la seconde plus grande base militaire de l'armée de terre des États-Unis en Europe. Elle héberge notamment un important groupe de militaires de la KFOR (Force pour le Kosovo, une force armée multinationale mise en œuvre par l'Otan).

    Lire aussi:

    Vers une adhésion du Kosovo à l’Onu? Un ancien ministre yougoslave se montre sceptique
    Économiste allemand: le Kosovo, «zone aveugle» de l’Europe
    Anniversaire du Kosovo: confettis et lacrymo
    Tags:
    Vladeta Jankovic, Royaume-Uni, États-Unis, France, Serbie, Kosovo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik