Ecoutez Radio Sputnik
    Hassan Diab

    «Garçon non identifié de Douma»: ce témoin de l'attaque n'existe-t-il pas pour Reuters?

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    Ekaterina Yanson
    19541

    Le manque d'intérêt de l'Occident pour le petit Syrien Hassan Diab qui a pris part à la mise en scène de Douma prend de l'ampleur: Reuters l'a présenté comme un «garçon non identifié» de Douma. Qu'y a-t-il derrière cette méfiance à l'égard d'un témoin de chair et d'os? Ou son identité réelle ne s'inscrit-elle pas dans la version occidentale?

    Encore une preuve que les témoignages des Syriens ne valent rien pour la presse? Tandis que Hassan Diab, 11 ans, a tenté d'ouvrir les yeux du monde sur ce qui s'était passé dans la ville de Douma, l'agence Reuters s'efforce de fermer les siens sur l'identité de cet enfant.

    L'article du 26 avril intitulé «La Russie présente des Syriens sains et saufs à l'OIAC, les envoyés occidentaux fustigent une "imposture"» est accompagné d'une photo des participants à un point de presse de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, «un garçon non identifié» parmi eux, selon la légende.

    Dans la suite de l'article, l'agence a mentionné pourtant «un enfant identifié par les interprètes du gouvernement syrien comme Hassan Diab, 11 ans, de la Ghouta» et a ajouté que le garçon «ressemblait» à l'enfant présenté dans la vidéo diffusée à la télévision occidentale après l'attaque chimique présumée. Il en ressort donc que cet enfant existe bien. Mais, au point presse de l'OIAC, on invite un enfant qui ne lui ressemble que vaguement.

    «Ils ont commencé à me verser de l'eau sur le visage dans l'hôpital. Je ne sais pas pourquoi», a confié le garçon. Mais qui va l'entendre s'il n'a même pas d'identité?

    Le manque de confiance dans les interprètes syriens s'inscrit dans la logique d'une campagne anti-syro-russe d'envergure. Dans ce cas, un interprète du gouvernement britannique serait-il une source fiable? Entre-temps, des témoignages des habitants locaux de Douma continuent à surgir, des enfants racontant qu'on les a «aspergés d'eau», puis emmenés à l'hôpital et «pris en photo».

    L'ambassadeur de France auprès de l'OIAC, Philippe Lalliot, persuadé que le gouvernement syrien massacrerait son peuple ces sept dernières années, a estimé dans un commentaire à Reuters que la participation des Syriens à La Haye était révoltante.

    Apparemment, aussi révoltante que la vérité sur la mise en scène à Douma que la presse occidentale nie.

    Lire aussi:

    Jeux médiatiques du silence: les témoignages des Syriens à Douma étouffés par la presse
    Moscou fera de son mieux pour amener un garçon de la vidéo des Casques blancs à La Haye
    Syrie: pourquoi ce témoin de l’attaque chimique n’intéresse-t-il pas la presse mainstream?
    Tags:
    médias mainstream, existence, témoignage, presse, Reuters, OIAC, Hassan Diab, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik