Ecoutez Radio Sputnik
    Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Grouchko

    Russie-Otan: la «Guerre froide» n’est pas encore révolue

    © AFP 2018 THIERRY CHARLIER
    International
    URL courte
    4270

    Le vice-chef de la diplomatie russe a accusé l'Otan d'utiliser encore des approches datant de l'époque de la Guerre froide dans ses relations avec Moscou.

    Le Secrétaire général de l'Alliance atlantique Jens Stoltenberg vient de qualifier l'état actuel des relations entre l'Otan et Moscou comme n'étant «ni une guerre froide ni un partenariat». Pour sa part, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Grouchko a reproché à l'Alliance d'appliquer les «schémas de guerre froide» dans ses rapports avec la Russie.

    Selon lui, l'Otan est en train de déployer des contingents militaires supplémentaires à proximité des frontières russes, ce qui porte atteinte à la sécurité régionale et crée des risques pour la Russie.

    M.Grouchko a par ailleurs rappelé que Moscou dispose d'un potentiel militaire et technique nécessaire pour démontrer à l'Otan la vanité de ses efforts sur son flanc est.

    «Tout cela n'aide pas à renforcer la sécurité des pays qui sont impliqués dans ces activités mais crée des menaces supplémentaires pour eux-mêmes», a déclaré le vice-ministre cité par des médias russes.

    Toujours d'après le responsable, la propagation des «mythes antirusses» en l'Occident constitue aujourd'hui l'un des principaux problèmes dans ses relations avec Moscou. Face à cette situation «très dangereuse», il estime nécessaire de promouvoir le dialogue entre les deux parties et de détruire les mythes concernant la Russie.

    Lire aussi:

    «L’Otan ramène ou essaie de ramener l’Europe à l’époque de la Guerre froide»
    Stoltenberg: l’Otan déterminée à améliorer ses relations avec la Russie
    La Russie se voit imposer une compétition militaire au centre de l'Europe
    Tags:
    guerre froide, OTAN, Jens Stoltenberg, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik