International
URL courte
10540
S'abonner

Tout en se disant prête à participer activement au rétablissement de la vie normale en Syrie, en y engageant ses entreprises, la Chine s’attend à ce que d’autres pays se joignent à ce processus, selon un diplomate chinois.

La Chine est prête à devenir une force motrice de la reconstruction de la Syrie, mais les efforts de nombreux pays seront nécessaires pour la réaliser, a déclaré le Xie Xiaoyan, envoyé spécial du gouvernement chinois pour la Syrie, lors d'un point de presse à Moscou.

Xie Xiaoyan
© Sputnik .
Xie Xiaoyan

«Beaucoup de personnes ont été tuées, des millions ont perdu leurs foyers ou sont devenus des réfugiés. Ils ont besoin d'aide humanitaire. La Chine, en tant que membre du Conseil de sécurité de l'Onu, a toujours prêté attention à l'aide humanitaire. Nous en accordons sous forme de marchandises, de médicaments, de nourriture, d'argent. […] Et nous continuerons à faire tout le possible», a-t-il indiqué, répondant à une question de Sputnik.

Cependant, la Chine n'arrivera pas à reconstruire la Syrie toute seule, selon lui.

«La reconstruction de la Syrie nécessite 260 milliards de dollars. La Chine est prête à devenir une force motrice de ce processus et attirer ses entreprises de BTP dès que le pays sera sécurisé. Mais d'autres pays, non seulement la Russie et la Chine, doivent également participer à ce processus», a-t-il ajouté.

Xie Xiaoyan a rencontré vendredi à Moscou le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov pour examiner les questions relatives au règlement de la crise syrienne.

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Covid-19: «Président africain cherche clinique européenne?» Revenez une autre fois!
Tags:
reconstruction, Xie Xiaoyan, Chine, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook