Ecoutez Radio Sputnik
    May, Merkel et Macron

    May, Merkel et Macron sont prêts à répondre aux possibles mesures économiques américaines

    © AP Photo / Eric Vidal
    International
    URL courte
    27228

    Les dirigeants de l'Allemagne, de la France et du Royaume-Uni sont prêts à défendre les intérêts économiques européens si les Etats-Unis prennent à l'encontre de l'UE des mesures politiques et commerciales.

    À l'issue d'entretiens téléphoniques qu'ils ont eus samedi et dimanche, Theresa May, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont affirmé être prêts à faire face aux éventuelles mesures commerciales que les États-Unis décideraient de prendre aux dépens de l'Union européenne.

    «Ils [les dirigeants, ndlr.] ont une position commune concernant le fait que les Etats-Unis ne devraient pas prendre de mesures commerciales et politiques contre l'UE et que l'UE devrait être prête à défendre résolument ses intérêts dans le cadre des règlements régissant le commerce international», indique un communiqué du gouvernement allemand.

    «Les trois dirigeants souhaitent que Washington ne prenne pas de mesures contraires aux intérêts transatlantiques. L'Union européenne doit se tenir prête à réagir, le cas échéant, avec efficacité et célérité», peut-on lire dans le communiqué publié aujourd'hui sur le site de la Présidence française.

    Le 8 mars, Donald Trump a signé la mise en place de taxes sur les importations aux États-Unis d'acier (25%) et d'aluminium (10%). La décision a soulevé une vague de critiques et de craintes de la part de l'UE, du Canada, de la Chine mais aussi au sein même des États-Unis.

    Lire aussi:

    Donald Trump accuse l'UE d'avoir des règles commerciales malhonnêtes
    Guerre commerciale entre la Chine et les USA: «le pire des désastres qui puisse arriver»
    Protectionnisme américain: Juncker détaille son plan de riposte
    Tags:
    Theresa May, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Royaume-Uni, France, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik