International
URL courte
56355
S'abonner

Le Premier ministre israélien a déclaré que son pays n’entendait pas déclarer la guerre à l’Iran qui, selon lui, établissait les règles dans la région. La veille il a accusé Téhéran de développer un programme nucléaire «secret».

Israël ne cherche pas la guerre avec l'Iran, a rassuré le Premier ministre du pays Benjamin Netanyahu au lendemain de sa déclaration selon laquelle l'Iran développait un «programme nucléaire secret».

«Personne ne cherche cette sorte de scénario. C'est l'Iran qui change les règles dans la région», a-t-il précisé.

Lundi, Benjamin Netanyahu a fait savoir qu'Israël disposait de «preuves convaincantes» de l'existence d'un plan «secret» que l'Iran pourrait activer à tout moment pour se doter de la bombe atomique.

Selon lui, si ces informations avaient été connues en 2015, l'accord avec l'Iran n'aurait pas été signé. Il a également souligné que cet accord faisait le jeu de l'Iran, en ne rendant pas sa politique plus pacifique et modérée, puisqu'il n'imposait pas de restrictions sur son programme balistique.

Ces déclarations interviennent au moment où la communauté internationale poursuit les discussions sur la nécessité de réviser l'accord sur le programme nucléaire iranien du 14 juillet 2015, jugé historique. Ce document signé par le Groupe 5+1 (Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne) a permis la levée des sanctions contre l'Iran.

Le président américain Donald Trump a fixé au 12 mai la date butoir pour choisir ou non de dénoncer l'accord international sur le nucléaire iranien qu'il a qualifié d'«horrible».

Lire aussi:

Augmentation de plus en plus forte du nombre journalier de cas de Covid-19 en France
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
La Palestine qualifie de «trahison» l'accord israélo-émirati et rappelle son ambassadeur à Abou Dhabi
Les USA renforcent encore leurs sanctions contre la France
Tags:
programme nucléaire iranien, guerre, Benjamin Netanyahu, Iran, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook