Ecoutez Radio Sputnik
    Rencontre entre les dirigeants des deux Corées Kim Jong-un et Moon Jae-in à Panmunjeom

    Sommet historique sur la péninsule de Corée: «un optimisme prudent est de mise»

    © REUTERS / Host Broadcaster
    International
    URL courte
    260

    La communauté internationale a chaleureusement salué la rencontre du 27 avril dernier entre les dirigeants des deux Corées Kim Jong-un et Moon Jae-in à Panmunjeom, dans la zone démilitarisée qui divise la péninsule depuis 1953. Un politologue vietnamien a commenté l’évènement pour Sputnik.

    On ne peut que se féliciter du fait que les dirigeants nord-coréen et sud-coréen ont répondu à l'aspiration de leurs peuples à la paix, à la prospérité et à la réunification, en déclarant haut et fort qu'il n'y aurait plus de guerre sur la péninsule et qu'une nouvelle ère de paix débutait désormais pour les deux Corées, a déclaré à Sputnik Mach Quang Thang, de l'Académie nationale de sciences politiques et d'administration publique Hô Chi Minh.

    «Quoi qu'il en soit, un optimisme prudent est de mise lors de l'évaluation des perspectives de réalisation de la déclaration conjointe [signée dans le cadre du sommet de Panmunjeom, ndlr]», a prévenu l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter qu'il serait très intéressant de voir quelle voie serait parcourue de l'historique sommet intercoréen jusqu'à la réunification réelle des deux Corées en un seul État.

    «Il va sans dire que le processus de réunification devrait avoir sa feuille de route et qu'il ne serait ni facile ni simple. Il serait parfaitement unique en son genre et tout à fait différent de la réunification de l'Allemagne ou du Vietnam. […] J'espère que cette réunification se produira sans effusion de sang, comme une réalisation de l'aspiration des peuples à la coexistence pacifique et à la coopération», a poursuivi le Vietnamien.

    Et de relever que le monde actuel était plus instable que jamais.

    «L'évolution de la situation y sera aussi fonction des positions des pays, tels que les États-Unis, la Russie, la Chine et le Japon», a souligné Mach Quang Thang.

    Selon ce dernier, on ignore également comment va se dérouler la prochaine rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un.

    «Il est difficile d'en dire quoi que ce soit, car il n'y a toujours pas d'accord de paix entre les États-Unis et la Corée du Nord, alors que les sanctions américaines contre Pyongyang sont en vigueur et que le potentiel nucléaire nord-coréen existe bel et bien. Qui plus est, le comportement des dirigeants à Washington et à Pyongyang est plutôt imprévisible. Aussi, une paix solide et durable dans le monde relève-t-elle plus de l'espoir que de la réalité», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Dans le cadre d'une déclaration conjointe des dirigeants sud-coréen et nord-coréen, les deux pays ont convenu de cesser toutes leurs activités hostiles en mer, sur terre et dans les airs. De plus, les pays vont déclarer cette année la fin de la guerre de Corée et transformer l'accord de cessez-le-feu en accord de paix.

    Lire aussi:

    Sommet intercoréen: les dirigeants du Sud et du Nord ont signé une déclaration commune
    Donald Trump mérite-t-il le prix Nobel de la paix?
    «J’aspire à la paix»: Trump commente l’idée de lui décerner le prix Nobel
    Tags:
    accord de paix, arsenal nucléaire, réunification, sommet, guerre, sanctions, Académie nationale de sciences politiques et d'administration publique Hô Chi Minh, Sputnik, Mach Quang Thang, Hô Chi Minh, Moon Jae-in, Donald Trump, Kim Jong-un, Panmunjeom, Vietnam, Corée du Nord, Corée du Sud, Chine, Japon, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik