Ecoutez Radio Sputnik
    Rabat

    Maroc-Iran: une rupture pas très bilatérale

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    Safwene Grira
    39655

    La rupture des relations avec l’Iran intervient quelques jours après le renouvellement, plutôt difficile, de la Mission de l’ONU au Sahara Occidental, à l’occasion duquel Rabat a pu compter sur l’appui traditionnel des Etats-Unis, dont le ton monte contre le gouvernement iranien.

    Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a annoncé mardi, le 1er mai, la rupture « immédiate » des relations diplomatiques avec l'Iran, accusé de soutenir le Polisario, mouvement politique et armé du Sahara Occidental.

    Le chargé d'affaires iranien sera, ainsi, prié de quitter le territoire marocain «immédiatement». L'ambassadeur marocain à Téhéran a, pour sa part, déjà quitté Téhéran, a précisé le chef de la diplomatie marocaine.

    Cette décision intervient quelques jours seulement après la révélation, par le journal marocain, Assabah, de tunnels construits par les membres du Polisario dans la zone tampon d'El Guergarat, sous la supervision d'experts du mouvement chiite libanais, Hezbollah, allié de l'Iran. Des accusations niées en bloc par le Hezbollah.

    La rupture des relations diplomatiques vient, ainsi, en réaction à

    « l'implication du Hezbollah, soutenu par l'Iran, dans des relations avec le Front Polisario, de façon à porter ainsi atteinte à la sécurité et la stabilité du Royaume (…) Le Royaume dispose de preuves attestant du financement du Polisario par le Hezbollah, de même que l'entraînement d'éléments de ce Front séparatiste. Nous avons également d'autres informations faisant état d'interventions de diplomates à l'ambassade iranienne en Algérie pour faciliter des rencontres entre des leaders Hezbollah et Polisario», a confirmé Bourita, cité par le journal marocain Hespress.

    La rupture des relations intervient quelques jours seulement après le renouvellement, plutôt difficile, du mandat de la Mission onusienne au Sahara Occidental, à l'occasion duquel le Maroc a pu compter sur l'appui traditionnel des États-Unis, dont la nouvelle administration entend remettre en cause l'accord sur le nucléaire iranien de 2015.

    Cette décision radicale est justifiée, pour les Marocains, par une question d'intérêt national, celle du Sahara Occidental sur laquelle Rabat s'est toujours montré intransigeant. Elle n'en a pas moins satisfait les monarchies du Golfe, alliés traditionnels du Maroc et hostiles à l'Iran. Peu après l'annonce de la rupture des relations avec Téhéran, le Bahreïn et les Emirats Arabes Unis ont salué la décision du Maroc.

    ​« Nous soutenons le Maroc quand il le faut, comme il le fait, d'ailleurs, avec nous. Nous soutenons fortement sa décision pertinente de rompre ses relations avec l'Iran qui soutient les ennemis du Maroc, avec l'aide des terroristes du Hezbollah. Dieu préserve le Roi Mohamed VI et le peuple frère marocain», a déclaré sur son compte Twitter le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Khalid Al Khalifa.

    «Nous soutenons le Maroc dans ses causes nationales, et contre les ingérences iraniennes dans ses affaires internes. Notre politique de soutien au Maroc repose sur une tradition politique bien ancrée (…) », a pour sa part écrit Anwar Gargash, chef de la diplomatie émiratie.

    Depuis la révolution iranienne de 1979, qui a renversé le Chah, allié du Maroc et ami de Hassan II, les relations entre les deux pays se sont fortement dégradées. La dernière rupture des relations diplomatiques date de 2009, après que le Maroc a exprimé sa solidarité avec l'Emirat du Bahreïn, qualifié par un responsable de Téhéran de «province iranienne». Une décision multifactorielle, également, selon des observateurs, avec des griefs d'ordre interne qui se sont superposés à la solidarité avec le Bahreïn: la propagation du chiisme dans le Royaume sunnite…et un début de soutien au Polisario.

    Lire aussi:

    Rupture Rabat-Téhéran: le Sahara occidental en toile de fond, les USA en filigrane
    Un «prétexte» pour une rupture diplomatique? L’Iran dément les accusations du Maroc
    Livraison d’armes au Polisario via Alger: l’Algérie commente les accusations du Maroc
    Tags:
    diplomatie, Maroc, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik